Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

Circuits, séjours, quelques idées pour 2006...

Séjours d'une semaine

Vous partez seulement une semaine ?  Ne pleurez pas ! En une semaine, même si l'on revient avec regret, on peut réaliser une foule de séjours sympa :

Petits budgets : le triangle Joal-Palmarin-Djiffer : à partir de 40€ la semaine !!!

Joal Fadiouth1er jour : Départ direct vers le Sud, tout au bout de la Petite Côte, aux frontières du Siné-Saloum et donc du Sénégal "profond". Vous emprunterez un taxi "régulier" (les jaune et noir) dès votre sortie de l'aéroport en lui disant de vous emmener à la gare routière des pompiers. La course vous coûtera en fonction de l'heure et de votre aptitude à marchander entre 1500 et 3500CFA (2,5€ et 5€). On vous déconseille dans la mesure du possible de prendre ceux qui sont garés juste devant l'aéroport. Essayez plutôt sur la route principal, de l'autre côté du parking (à 100 mètres de l'aéroport), vous aurez des tarifs beaucoup plus raisonnables. Une fois dans le taxi (ouf !) dîtes lui de vous emmener au garage des pompiers dans la zone "JOAL". Il vous déposera ainsi juste devant la prochaine 504 en partance pour Mbour ou Joal. Attention : ceci n'est valable que si vous arrivez dans la journée car les dernières 504 pour Joal partent vers 15-16h00 et les dernières pour Mbour vers 18-19h00. Si vous arrivez trop tard, pensez à réserver une nuit à l'auberge Viavia ou à l'hôtel Lumumba, non loin de l'aéroport. Si il n'y a plus de 504 directes pour Joal à votre arrivée à la gare routière, n'hésitez surtout pas à aller à Mbour puisque vous êtes assuré à 100% d'avoir une voiture pour Joal une fois arrivés dans cette ville principale et ce quelle que soit l'heure. Le prix Dakar-Mbour-Joal est identique à celui Dakar-Joal. Le trajet en fonction de l'heure et des embouteillages durera au total entre 2h30 et 3h30 pour 115km. Une fois arrivé à Joal, ne descendez pas n'importe où car le village n'est pas grand mais il est très "long" (il court sur près de 5km sur la côte !!!). Dîtes donc au chauffeur que vous souhaitez descendre à "l'essencerie près de Fadiouth". Si il y a d'autres passagers joaliens avec vous, expliquez leur que vous allez au Relais 114 et la voiture vous déposera juste devant. Realais 114Le Relais 114 est un des meilleurs plans "petit budget" de toute la région pas seulement grâce à son prix (7000CFA, 10,6€ la chambre que ce soit pour une ou deux personnes) mais aussi grâce à l'accueil souriant, jeune et sympa, à l'environnement tranquille, au hamac sous le cocotier et à l'emplacement extra à 50 mètres de la mini gare routière Saloum qui vous permettra durant les 6 jours qu'il vous reste (plus que 6 jours, déjà ?) de visiter les plus beaux coins de la région sans devoir vous farcir les désagréments habituels des transports en commun sénégalais. Dès que vous avez posé vos bagages, vous pouvez commencer à vous balader dans les rues si tranquilles de Joal-Fadiouth. Pourquoi ne pas aller d'ailleurs tout de suite marcher sur le pont du plus joli village du Sénégal, Fadiouth, situé à 500 mètres du Relais 114. Vous pouvez si vous êtes fatigués prendre en route l'une des innombrables navettes clando (des épaves de voitures) qui pour 0,15€ (100CFA) vous emmeneront directement jusqu'à l'entrée du pont. Photos à droite : en haut le pont de Fadiouth, en bas le Relais 114.

Palmarin6 jours suivants : Vous pourrez profiter des jours suivants pour mieux connaître Joal-Fadiouth (surtout Fadiouth) en n'hésitant pas à visiter les deux îles, les immenses champs de mil, etc... Vous pourrez vous baigner, assister aux nombreuses séances de lutte que les jeunes organisent et si vous êtes là un week-end (surtout pendant l'hivernage) vous pourrez vous faire une ou deux soirées dansantes ! Pour manger, n'hésitez pas à tester les fameuses dibiteries locales (viande grillée) ou à aller chez Gédéon (à 50 mètres du Relais 114) qui fait de fameux sandwiches et chawarmas et sert aussi d'épicerie. En décembre-janvier-février, n'oubliez pas de goûter au vin de palme (à 150CFA le litre pourquoi se priver). Photo à droite : Palmarin
Djifer Djiffer Vous ne manquerez pas non plus d'aller visiter Palmarin (à moins de 500CFA-0,75€ la place en pick-up à partir de la gare routière Saloum, devant le Relais 114). Le village, si pittoresque avec sa belle église rose et ses rues si paisibles au bord de la mer vous laissera un souvenir impérissable. La route qui longe plusieurs lagunes vous permettra sans doute d'apercevoir des centaines de pélicans ou de flamants roses s'envoler. Tout en laissant vos "gros bagages" un journée au Relais 114 vous pourrez aller passer une ou deux nuits au campement villageois de Palmarin (dont les bénéfices vont aux oeuvres sociales du village). La nuit ne vous coûtera guère plus de 5000CFA-7,5€. A partir de Palmarin ou de Joal vous pourrez également vous rendre "au bout de la terre", à YokamDjiffer, sur la Pointe de Sangomar. Cette langue de terre ouvre les portes des îles de mangrove du Siné-Saloum. Vous pourrez également y dormir une nuit dans les chambres très sommaires mais toujours très "low cost" de l'auberge Yokam (3000CFA pour une personne, 5000CFA pour deux 4,5 et 7,5€). De Djiffer vous pouvez pour une bouchée de pain emprunter une pirogue qui vous emmènera sur "l'île de Djiffer" qui jusqu'au raz de marée qui submergea la pointe de Sangomar en février 87 faisait partie du continent. Photo à gauche : pirogues à Djiffer.
Vous voyez donc que tout en restant dans la même gamme de prix (de 5000 à 7000 pour deux) vous pouvez combiner vos nuitées comme vous le souhaitez en restant dans le triangle Joal-Palmarin-Djiffer. Pour le retour à Dakar (pour prendre votre avion), les 504 sont directes de Joal à Dakar et il y en a un grand nombre du matin jusqu'au soir. Aucun risque d'en manquer. Prévoyez de partir au moins 5 à 6 heures avant l'horaire de votre convocation aéroport ! Photo à droite : auberge Yokam.

Prix maxi de la semaine hors repas (hébergements, taxis, transports en commun) : de 40.000 à 55.000CFA pour une personne (60 à 80€). De 50.000 à 65.000CFA pour deux (75 à 100€).

Relax : Saint-Louis au bord du fleuve tranquille et Dakar "taf-taf"

1er jour : Ne perdez pas de temps ! Dès votre arrivée à l'aéroport de Dakar, foncez à Saint-Louis.
Plusieurs solutions s'offrent à vous pour y aller :
1 - Transport en commun, mais c'est assez peu adapté à ce séjour "relax".
2 - Location de voiture, mais le risque de la conduite et des embouteillages demeure et la solution est finalement assez coûteuse.
3 - Liaison avec votre hôtel : c'est la solution intermédiaire que l'on vous conseille. Plusieurs établissements de Saint-Louis proposent à leurs clients d'aller les chercher à l'aéroport moyennenant un forfait transport.
4 - L'avion : Le mode de transport idéal et rêvé pour vous rendre à Saint-Louis, mythique ville de l'Aéropostale et de Mermoz. Les tarifs proposés par certains hôteliers et par Air Saint-Louis pour la liaison sont particulièrement intéressants, surtout à partir de deux personnes. Le survol de la côte est une expérience inoubliable et le temps gagné sur le trajet est substanciel.

Arrivée à Saint-Louis, vous n'aurez que l'embarras du choix devant tant d'établissements si divers. Près d'une trentaine d'établissements, du campement à l'hôtel de charme, vous accueillent avec le sens de l'hospitalité si spécifique à la ville. Parmi eux, en voici cinq que nous vous recommandons tout particulièrement, trois sur l'île et deux sur la Langue de Barbarie :

Résidence : C'est l'hôtel de référence de Saint-Louis ! Confort, emplacement idéal, professionnalisme d'une équipe présente depuis les siècles des siècles (amen), tout y est pour assurer aux plus exigeants un séjour sans faille. L'hôtel vous imbibe (et pas seulement au bar !) de toute l'âme et de toute l'histoire de Saint-Louis et même s'il n'y dormait pas, on s'attend à croiser Jean Mermoz dans les couloirs ou au bistrot très 1900' de la Résidence.

Hôtel du Palais : Le bâtiment est le plus vieil hôtel de d'Afrique de l'Ouest même si au cours des siècles il a pu changer de vocation. Aujourd'hui refait à neuf selon les strictes critères de l'UNESCO (puisque l'île Saint-Louis est classée Patrimoine mondial de l'Humanité) il accueille à nouveau les touristes. Robert DUPAS, le très sympathique Français à l'origine de la renaissance récente de l'hôtel propose plusieurs type d'excursions et d'animations dans la région et a créé au sein même du Palais une pâtisserie-salon de thé conviviale et pleine de bonnes choses.

La Louisiane : Une autre référence de l'île. A l'extrême pointe nord de l'île, dans la partie la plus calme, Marcel offre l'un des hébergements les plus conviviaux de la ville et les éloges sur son établissement fusent de toutes parts. C'est pas un hasard. Que vous y cherchiez le silence ou le romantisme (qu'elle est belle cette terrasse devant les chambres au bord du fleuve avec vue imprenable sur la Mauritanie !) vous ne pourrez pas repartir insatisfaits. La table de l'hôtel ainsi que celle du restaurant annexe "La Pointe Nord" sont pour ne rien gâcher parmi les meilleures de la citée.

Oasis : On ne peut plus traîter le courrier des lecteurs à cause des clients de l'Oasis qui nous écrivent pour nous exprimer leur satisfaction ! Il n'y a aucun doute, Nicole sait y faire ! Son Oasis est un hâvre de paix tant pour les touristes que pour sa ménagerie ( âne, pélican, etc... on pourrait faire une crèche tropicale si on trouve un Jésus). Sur la Langue de Barbarie, au bord de la mer, l'Oasis propose plusieurs types de chambres dans une atmosphère on ne peut plus conviviale. Les prix sont étudiés et l'accueil inoubliable.

Mermoz : C'est belge donc c'est bon ! L'hôtel Mermoz allie la tranquillité au confort à des prix parmi les plus concurrentiels du pays. Il est situé en bord de mer, sur la Langue de Barbarie. L'accueil est irréprochable et les bungalows, disséminés au coeur d'un grand domaine donnent vraiment l'impression d'être chez soi ! La piscine est le gros plus de cet établissement, surtout lorsque la mer est trop froide ou trop agitée.

Prix et description de ces établissement ICI !

2ème au 5ème jour : Quartier libre à Saint-Louis. Vous ne vous ennuyerez pas, sauf si vous le voulez volontairement. La ville est d'une tranquillité et d'un silence sans bornes à certains endroits (île, hydrobase) et grouillante de vie et d'animation dans d'autres (continent, Guet Ndar). Pendant cinq jours vous pourrez vous balader ou vous baigner sur l'Hydrobase (une bonne occasion pour aller boir un pot dans un des établissements de cette zone si vous séjournez sur l'île), visiter les extraordinaires parcs nationaux (Djoudj, Langue de Barbarie, Gueumbeul), pratiquer des activités diverses (balades en dromadaire, visites en calèche, jetski, visites en pirogue, catamaran, quad, etc...), vous faire plaisir at night (nights-clubs, casino), vous offrir quelques restaus vraiments sympa (La Signare par exemple), assister à différents évènements en fonction des dates (Festival de Jazz, régates, fanals, 1,2,3 Musiques, etc...).... Tous les goûts sont permis !

6ème et 7ème jours : Dans deux jours, vous retournez au turbin. Il ne vous reste plus que 48 heures de soleil. Il s'agit maintenant, tout doucement, tout tranquillement de se rediriger vers Dakar, sûrement avec le même mode de transport qu'à l'aller. Vous allez donc prévoir de coucher le soir à Dakar. En fonction de votre heure d'arrivée dans la capitale et de votre heure de départ le lendemain pour le Pôle Nord, vous pourrez visiter Dakar et surtout l'île de Gorée (photo à droite). Peut-être aurez vous le temps également de vous faire une ou deux heures au Lac Rose. Si vous devez vous faire un restau sympa et surtout dans une atmosphère aussi reposante qu'à Saint-Louis, on vous conseille d'aller faire un tour à Ngor pour le dîner du soir ou le déjeuner du lendemain. La Pointe des Almadies ou le Dionevar (à Ngor Almadies), la Brazzerade ou le très "Low Cost" Sao Brazil seront de bonnes adresses. Pour passer la nuit, on vous conseillera les établissements suivants :

Hôtel Cap Ouest : Si vous voyez que les quelques heures et la nuit qu'il vous restent vont passer super vite et que vous voulez n'être pas trop loin de l'aéroport, nous vous conseillons l'hôtel Cap Ouest, lui aussi vraiment destiné aux touristes. Situé à Ngor, vous serez à proximité d'une foule de restaurants et de loisirs dans les environs. Rien de vous empêche d'ailleurs de vous faire une sortie vers Gorée à partir de Ngor. Ambiance sympa, restaurant sans prétention mais plats savoureux et bon marché. Liens et tarifs ici !

Hôtel Océanic : Si vous avez assez de temps pour visiter Gorée et faire un tour dans Dakar, dormez à l'Hôtel Océanic, convivial et vraiment destiné aux touristes. Il est au coeur du centre-ville, non loin de l'embarcadère de Gorée et du marché Kermel. Bar agréable dans un patio intérieur paisible. Chambres climatisées. Liens et tarifs ici  !

 

Confort : Saly tous conforts !

Pour un séjour "confort", pour une semaine de repos en bord de mer, dans la plus célèbre station d'Afrique Noire, nous avons sélectionné la formule location. Parmi les centaines de villas à louer, on vous conseillera celle de Corinne. Elle est située au coeur d'une des résidences les plus agréables et les mieux placées de la station. Vous avez l'assurance de ne pas avoir de surprises. Vous entrez dans une maison à l'entretien impeccable et vous bénéficiez vraiment d'un service trois étoiles ! Accueil personnalisé à l'aéroport, trajet jusqu'à Saly, service sur place effectué par Fatou (ménage, cuisine, lavage et repassage, etc...). Le confort c'est aussi n'avoir à se soucier de rien A partir de 95€ la semaine par personne, vous bénéficiez d'un service au top. La formule est particulièrement adaptée aux couples, aux familles ou aux voyages entre amis. La piscine de la résidence, la plage à deux pas, les mille loisirs de la station (équitation, quad, parapente, jetski, excursion, night-clubs, casinos, plongée, cerf-volant, etc...), les restaurants, les services (salons de coiffure, supermarchés, banques, etc..) et les nombreux commerces vous assurent un séjour tous conforts. Si vous souhaitez "voir du pays" sans vous fatiguer ni vous farcir 600 bornes de pistes, la réserve de Bandia accueille à quelques kilomètres de nombreux animaux sauvages et de nombreux villages aux alentours sont vraiment pittoresques. http://salyvacances.locasenegal.com. Si cette villa n'est pas dispo, de nombreuses autres offres sont dispo dans les petites annonces sénégaliennes de Planete-Senegal.com.

Sport : Le Sénégal oriental dans les mollets

1er jour : Quand on pense "séjour sport" au Sénégal, ce n'est évidemment pas tennis-quad ! Ici sport peut vraiment s'allier à découverte de la nature. On a donc choisi de vous emmener au Sénégal oriental pour vous user les mollets sur les collines et les falaises des pays Bassari, Bédik et Badiakhanké. C'est pas offert à tout le monde. Cette zone étant située à l'autre bout du pays, il vous faut absolument partir à l'aube pour y parvenir avant la nuit. Il est donc probable que votre première journée ou nuitée se fasse à Dakar. Vous choisirez de préférence un hôtel pas loin de l'aéroport. Pourquoi pas le Cap Ouest, le Dakarssé, le Tahiti ou le ViaVia. Si vous choisissez la formule "transport en commun", laissez vous aller jusqu'au lendemain matin. Si vous avez quelques heures de "jour" profitez en pour visiter soit Gorée, soit le Lac Rose soit Ngor tout simplement sur la plage avec un restau sympa. Si vous avez suivi nos conseils d'hôtels vous ne serez pas loin la nuit venue d'une foule de restaus sympa, de plusieurs night-clubs et même d'un casino (mais rappelez vous que le lendemain, faut se lever à l'aube).  Si vous êtes plusieurs, vous choisirez peut-être la solution de la location de voiture. Il est vrai que les 750 bornes qui vous attendent à l'aller comme au retour seront plus agréables avec la clim. Pas besoin de louer un onéreux 4x4 puisque les zones difficiles d'accès seront offertes à vos baskets (vous êtes dans la section séjour sportif, rappelez-vous). Si vous choisissez donc de louer une voiture, faites le dès votre arrivée pour pouvoir partir le lendemain à l'aube.

2ème jour : Avant même le lever du soleil (5h du mat' c'est idéal), prenez vos bagages et partez (n'oubliez pas de payer l'hôtel la veille au soir). Les heureux locataires d'un véhicule partiront direct vers Kédougou et peuvent arriver avant la nuit sans faire de folies sur les routes (attention entre Tamba et Kédougou aux animaux - phaco, singes, lions ou gazelles - qui traversent la route du parc du Niokolo Koba. Ceux qui partent en transport en commun n'arriveront pas avant la nuit. Mais ils arriveront sans doute quand même ! Trouvez un taxi (pas évident à 5h00 du mat' mais si vous prévenez votre hôtel la veille ils préviendront un taximan de venir vous chercher) et allez à la gare routière des pompiers. Tôt le matin vous trouverez sans doute une 504 directe vers Kédougou. Sinon, prenez une 504 pour Tambacounda et une fois arrivés, prenez en une autre pour Kédougou. Le trajet est long mais agréable car dépassé Kaolack vous ne verrez plus beaucoup de véhicules. Le paysage est monotone jusqu'à Tamba. Ensuite, ce sont 250km de grand spectacle qui vous attendent durant la traversée du Parc National du Niokolo Koba entre Tamba et Kédougou. Vous verrez les premières collines verdoyantes, quelques rivières parfois tumultueuses, des villages pittoresques, des singes et des phacochères en veux-tu en voilà et sûrement d'autres animaux (on s'est déjà retrouvé nez à nez avec un lion à 7h00 du mat' lors d'un de nos trajets retour....). Photo à droite : église de Kédougou. Une fois arrivés à Kédougou, vous serez sales (en transport en commun vous serez même très sales). La douche du soir sera donc très bénéfique. Vous la prendrez dans l'un des trois établissements que nous vous recommandons (il y en a cinq au total à Kédougou) :

Hôtel Relais de Kédougou : C'est l'établissement le plus confortable de cette région Sud du Sénégal oriental. Le long de la rivière Gambie, dans le quartier de Dandemayo, l'hôtel est seul à vous offrir les joies d'une piscine. Les prix sont très raisonnables et la table est prête à satisfaire toutes clientèles. Chambres ventilées ou climatisées. L'équipe connaît très bien la région et pourra vous conseiller durant votre séjour.

Campement Bantamba KédougouCampement le Bantamba : Ouvert en octobre 2002, le campement créé et géré par Moulaye Cissé se trouve sur le bord de la rivière Gambie, dans le quartier nommé Dandemayo ("au bord de la rivière" en Peulh). Chambres réparties en huit cases traditionnelles ventilées et agréablement meublées dans le style local. Toutes sont équipées d'une salle de bains fonctionnelle. Restaurant dans la paillote centrale et parking. Le prix des nuitées est agréablement bas.

Campement "Chez Diao" à KédougouCampement «Chez Diao» : Un très bon rapport qualité-prix à Kédougou. Accueil un peu mou mais sympathique et professionnel. Cases traditionnelles confortables. Sanitaires communs. 5400F la case double (11000CFA la case climatisée). Ce campement est beaucoup plus agréable que les autres deux autres plus anciens (Moïse et Dioulaba). Les cases sont un peu plus espacées qu’au Moïse. Case ‘salon’ spacieuse.

Détails et prix des hébergements à Kédougou ICI

3ème jour : Ca y est ! Les choses sérieuses vont pouvoir commencer ! A l'aube du troisième jour, équipés de votre sac à dos vous commencerez par vous mettre en jambes avec du plat ! Ne partez pas trop tard (avant 9h00) afin de ne pas vous prendre tout de suite un coup de chaleur. Prévoyez chacun votre bouteille d'eau minérale et partez en direction de Bandafassi. La piste commence près du Relais de Kédougou, derrière la mission (Kédougou c'est pas grand). Vous parcourerez près de 11km sur une piste de latérite relativement plate. N'hésitez pas à faire quelques pauses dans les hameaux pour discuter avec les villageois et vous mettre un peu à l'ombre. N'hésitez pas non plus à leur demander un peu d'eau pour vous rafraîchir le visage (elle est potable, pas d'inquiétude...). Chaque kilomètre parcouru vous rapprochera un peu plus des collines que vous voyez au loin. En voiture vous en aurez pour un quart d'heure. Si vous êtes venus à Kédougou en transport en commun vous partirez à pieds et arriverez en fin de matinée à Bandafassi, au pied de la première grosse colline. Vous foncerez au merveilleux campement de la douce Léontine Kaïta, une Bédik du village qui a ouvert ce petit paradis fait de cases sommaires mais agréables et d'une paillote bar-restaurant. C'est perdu dans la brousse. Les villageois vous indiqueront le chemin (c'est à la sortie du village sur la route d'Ibel). Vous y coucherez deux nuits. Après un bon repas (goûtez le fonio, une céréale locale), vous pourrez visiter le village et surtout grimper tout en haut de la montagne pour visiter Ethiouwar. Léontine vous prêtera un gosse du village pour vous montrer la piste. La vue panoramique tout en haut de la colline est superbe. Le village perché sur les rochers aussi. Attention à bien demander la permission au chef du village avant d'aller n'importe où (certaines zones sont sacrées). Mais si vous partez avec un gosse "d'en bas", vous n'aurez aucun problème et pourrez discuter avec le chef en toute amitié. Avant que la nuit tombe redescendez. Votre première soirée tranquille en brousse, vous pourrez la savourer dans un silence parfait, avec une bière gazelle locale et des lampes-tempête. Photo à gauche : campement de Léontine.
4ème jour : Le lendemain, vous irez à Landini, sur la piste du nord. Vous pouvez sans problème y aller à pieds, mais pour profiter plus longtemps de l'accueil villageois, nous vous recommandons de demander à Léontine de vous trouver des vélos locaux que vous louerez à des villageois (négociez ça à 7,5€ maxi). L'idéal est d'acheter quelques denrées à la boutique du Mauritanien de Bandafassi avant de partir. Avec 7,5€ (5000CFA), vous achèterez par exemple un kilo de sucre, une boîte de café Nescafé, quelques biscuits et des bonbons pour les gosses, deux kilos de riz, un paquet de cigarettes, un savon, 10 cubes Maggi et quelques autres bricoles introuvables à Landini et qui feront très plaisir à la famille. A votre arrivée au pied de la colline de Landini, confiez vos vélos à des villageois et montez au village haut-perché. C'est magnifique et plusieurs chemins y mènent. Des parcours d'escalade existent tout autour, sur les falaises. Demandez à parler à Gérard Keïta ou sa famille. Ils seront heureux de vous introduire parmi la population du village. Allez absolument saluer les vieux dont certains sont des anciens combattants tirailleurs sénégalais. Une bonne occasion pour les remercier au passage pour leur bravoure et leur si long voyage. Vous pourrez manger sur place et pourquoi pas tester la bière de mil, ou, selon la saison, l'hydromel. Prévoyez de partir au moins une heure avant la nuit si vous êtes à vélo ou deux heures si vous êtes à pieds (attention aux hyènes la nuit tombée). Votre deuxième nuit chez Léontine sera encore plus agréable que la première.

5ème jour : A l'aube du 5ème jour (pas après 7h00), vous ferez vos adieux à Léontine et retournerez sur la piste qui mène à Kédougou. A mi-chemin, une bifurcation tourne à droite. Elle mène par une piste chaotique à Dindefello, à la frontière guinéenne. Il n'y a pas de transport en commun pour aller à Dindefello depuis Bandafassi. Si vous avez votre véhicule de location, nous vous recommandons de réfléchir avant de vous engager sur cette route qui au début semble correcte mais qui après devient un cauchemar d'ornières et de gouffres. Pendant la saison de pluies, même un 4x4 peut y laisser des plumes... N'hésitez donc pas à garer votre voiture au carrefour en la confiant au villageois qui fait l'angle (aucun risque). Si vous êtes à pieds ou à vélo,  la jonction Bandafssi Dindefello constituera la plus grosse randonnée de votre séjour (comptez 25km). Arrivés au village de Dindefello, si vous êtes en voiture, garez la sur la place du village. Si vous êtes en vélo ou à pieds, vous pourrez continuer vers le campement "villageois" de Dindefello, situé un peu à l'écart, sur la route de la cascade. Vous y dormirez la nuit. En attendant, il vous reste une journée pour visiter les environs. Vous accéderez à la cascade de Dindefello. A partir du campement, il faut un bon quart d'heure de marche à travers la forêt. Vous croiserez des dizaines de singes et d'autres animaux sur votre parcours. En effet, il n'est pas rare qu'ils viennent s'abreuver dans le ruisseau qui découle de la cascade. Le site est grandiose mais si la cascade en elle-même ne l'est pas (ne vous attendez pas aux chutes du Niagara). Les falaises sont d'une couleur si belle qu'elle paraît artificielle. N'hésitez pas à vous glisser sous les chutes pour vous rafraîchir (l'eau est glaciale). Vous pouvez contourrer la montagne puis l'escalader sur son autre face afin d'accéder la source de Dindefello et de voir les falaises d'en haut. Personne ne le fait car la marche est longue mais la vue en vaut la chandelle (comptez une bonne heure de marche). Le reste de l'après-midi, vous pourrez vous balader tranquillement dans les alentours, découvrir l'artisanat local. Peut-être aurez-vous la chance d'être présent le jour du marché hebdomadaire qui est toujours très animé. Photo à droite : cascade de Dindefello.

6ème et dernier jours : En fonction du mode de transport adopté pour aller à Dindefello, soit vous rentrerez à Bandafassi rendre les vélos, soit vous irez vers Kédougou directement, à pieds ou en voiture. Les quelques heures qu'il vous reste à passer au Sénégal dépendront de votre heure de départ le lendemain. Si vous partez le lendemain soir après 22h00 (convocation aéroport à 20h00) et que vous êtes avec votre voiture de location, le mieux est de passer la nuit à Kédougou et de partir tranquillement le lendemain à l'aube. Si votre avion décolle l'après-midi (c'est peu probable), continuer plutôt sur Tambacounda pour vous avancer (vous dormirez à l'Asta Kébé). Si vous êtes en transport en commun, nous vous conseillons vivement de vous rendre le soir même à Tambacounda pour y dormir (vous pourrez y aller jusqu'à 17h00 ce qui vous laisse le temps de revenir de Bandafassi si vous êtes partis rendre les vélos). Dans tous les cas, partez tôt le lendemain matin de Tambacounda pour éviter les grosses chaleurs sur la route.

Découverte : Dans la mangrove du Siné-Saloum

Pour une semaine de séjour "découverte" au Sénégal, il ne faut pas perdre de temps et fuir Dakar le plus vite possible car il y a du chemin à parcourir. C'est la zone allant de Joal-Fadiouth jusque dans le Siné-Saloum que vous explorerez. Les merveilles sont innombrables, les ressources humaines et naturelles sauvegardées.

1er jour : Si vous arrivez à franchir l'épreuve des douanes et des colle-touristes avant 15h00 (ne prenez pas en compte l'heure d'arrivée théorique à Dakar inscrite sur votre billet d'avion), sautez le paragraphe en italique suivant sans passer par la case "départ" et sans toucher 20.000F (jamais joué au Monopoly en €).
Si vous sortez de l'aéroport après 15h00, passez la nuit à Dakar. Le moins loin possible de l'aéroport pour profiter du calme et des tarifs plus raisonnables que dans le centre. On vous conseille ici aussi de choisir Ngor ou Yoff. Dans les bas tarifs, choisissez le Via-Via ou le Lumumba, dans la gamme intermédiare climatisée (surtout pendant l'hivernage) ce sera le Cap Ouest, le Darkassé ou la Brazzérade. Le lendemain matin, ne partez pas après 7h30 pour pouvoir profiter au mieux de votre journée.
Si vous louez un véhicule chez l'un de nos loueurs recommandés (cliquez ici) ne prenez pas en compte nos instructions pour les transports en commun.  Pour commencer votre périple, rendez-vous tout de suite à Fadiouth, aux portes du Saloum.  Pour cela, prenez un taxi qui vous emmènera à la gare routière (entre 1500 et 3500CFA selon que vous partiez de l'aéroport ou de votre hôtel et selon votre aptitude à négocier). Les puristes pourront prendre un bus local mais franchement pour une semine seulement au Sénégal, on vous déconseille de perdre une heure pour taper dans le pittoresque (vous aurez le temps d'en voir du pittoresque une fois arrivés à destination). Dîtes au taximan de vous emmener donc à la gare routière POMPIERS, et précisez lui de vous déposer directement là où partent les 504 pour Joal, ce qui vous évitera le fatigant comité d'accueil de colle-baskets. En fonction de votre heure d'arrivée et du nombre de clients, vous aurez soit la possibilité de vous rendre directement à Joal soit l'obligation d'aller jusqu'à Mbour pour faire une correspondance. Dans tous les cas, pas d'inquiétude : l'essentiel est de partir à Mbour. Si vous voyez qu'il n'y a pas de clients pour Joal prenez une 504 pour Mbour et quelle que soit votre heure d'arrivée (même la nuit) vous trouverez un véhicule pour Joal. Prix du ticket 1000CFA-1,5€ pour Mbour ou Realais 1141500CFA pour un direct vers Joal (le Mbour Joal vous coûtera 500 ou 600CFA) + forfait bagages (pas plus de 150CFA-0,20€ par bagage). Une fois arrivé à Joal, ne descendez pas n'importe où car le village n'est pas grand mais il est très "long" (il court sur près de 5km sur la côte !!!). Si vous souhaitez un hébergement sympa et pas cher vous irez au Relais 114 (dîtes au chauffeur de vous descendre à "l'essencerie"). Autrement vous choisirez le Finio qui propose des chambres de catégorie moyenne, climatisées avec eau chaude à des prix raisonnables. NB : Si vous avez passé la nuit à Dakar et êtes partis tôt le matin comme nous vous l'avons conseillé, vous pouvez arriver entre 11h00 et midi à Fadiouth. Cela vous laisse 3 à 4 heures pour visiter la petite île et vous pouvez ensuite partir directement à Palmarin sans être obligés de dormir à Joal-Fadiouth.

2ème jour : Il serait bien triste de passer par Fadiouth sans vous y arrêter ! Passez donc une demi-journée à visiter cette fabuleuse île aux coquillages, si pleine de lumière. Les passerelles en bois vous mèneront vers l'île principale et vers le cimetière, entouré des premiers espaces de mangrove qui annoncent le Siné-Saloum. Le village est à 95% catholique et l'église peinte en rose est visible de loin. Avant 15h30, allez à la gare routière Saloum. Il s'agit d'un espèce de parking où une paire de pick-ups bâchés finissent leur vie en transportant des passagers sur les pistes. Il se situe à deux pas du Relais 114 à 500 mètres du pont de Fadiouth. C'est ici que débute l'une des pistes (pas mauvaise) du Saloum et vous verrez d'ailleurs de nombreux panneaux indicateurs d'hôtels. Si vous êtes avec votre propre véhicule, n'ayez aucune inquiétude même s'il ne s'agit pas d'un 4x4. Autrement, prenez une place pour Palmarin (500CFA-0,75€) dans un pick-up. A Palmarin, où vous passerez deux nuits, vous dormirez en fonction de votre budget dans l'un des deux établissements suivants :
Lodge de NiassamLe Lodge de Niassam : C'est difficile de parler du plus extraordinaire hébergement du Sénégal. Le décrire ou le montrer en photo (à droite) c'est déjà lui enlever les trois-quarts de son charme. Sachez seulement qu'en bord de lagune, sur un domaine valloné, vous dormirez à la cîme de baobabs millénaires (vous prendrez même vos douches à l'intérieur du tronc creux de ces arbres) ou dans des fabuleuses cases construites sur pilotis, dans la lagune. Impossible d'aller plus loin dans la description du Lodge de Niassam qui sort tout droit des rêves du couple de Français qui l'ont ouvert en 2002. Les prix sont en conséquence des investissements nécessaires pour faire de ce domaine un espace autonome et écologique (énergie solaire, recyclage de l'eau, matériaux de construction naturels, etc...) mais vous vous en rappelerez longtemps. 100% conseillé aux couples pour séjours en amoureux ou nuit de noces. Demi-pension entre 56 et 91€ par personne. NB : le lodge est éloigné de la route. Si vous n'avez pas votre propre véhicule, il sera nécessaire de téléphoner pour réserver et le cas échéant pour qu'on vienne vous chercher à Palmarin ou Joal.
Le campement villageois de Palmarin : Sur le modèle des campements villageois casamançais, le campement villageois de Palmarin Séssène a été construit il y a quelques années grâce notamment au soutien de la coopération français.Les villageois sont seuls gestionnaires et seuls bénéficiaires de l'activité touristique générée. Le site, à la fois à la porte du Siné-Saloum et au bout de la Petite Côte est particulièrement facile d'accès et les plages, désertes et magnifiques, sont au bord de lagunes pleines de pélicans. Chambres à partir de 5000CFA (7,5€).

Palmarin3ème et 4ème jours : Vous pourrez profiter enfin de l'aube sur le Saloum. Promenez vous à Palmarin, dans ses petites ruelles si pittoresques recouvertes de coquillages (photo à droite). Visitez l'église et surtout discutez avec les villageois de cette sympathique localité. Peut-être aurez vous la chance d'assister à un tournoi de lutte traditionnelle. Les habitants de Palmarin sont des Sérères en majorité catholiques. Vous pourrez vous balader et vous baigner sur l'immense plage d'où quelques pirogues partent à la pêche. Si l'eau est trop froide pour vous (surtout de janvier à avril), baignez vous de l'autre côté, dans la lagune, toujours plus chaude. Avec votre véhicule ou en transport en commun vous pourrez aller passer quelques heures et prendre un repas tout au bout de la pointe de Sangomar, dans le village de pêcheurs de Djiffer, à une dizaine de km au sud. A la fin du 4ème jour, vous partirez dans la toute proche localité de Ndangane, l'une des plus célèbres de la région. En transports en commun, vous prendrez un pick-up pour Samba Dia puis un autre qui fera l'autre moitié du trajet pour un total d'environ 500CFA-0,75€ par personne (comptez au minimum une heure de trajet). Posez vos affaires au campement la Palangrotte et baladez vous le reste de la journée à Ndangane.  Le village est au bord de la mangrove, en face de l'île de Mar Lodj. Plusieurs restaurants vous permettront de déjeuner et dîner à tous les prix et à toute heure. Les villageois vous indiqueront les animations de la soirée. Le campement La Palangrotte fait du «tourisme intégré et équitable». Ainsi les bénéfices servent à financer des projet de développement. Le campement est en tous cas vraiment sympathique et les bungalows bien conçus (photo à droite). Les chambres-bungalows sont seulement à 6500CFA (10€) et la pension complète à 15.900 (25€) . Cela va satisfaire les moins fortunés autant que ceux préférant un tourisme intégré.
Campement Hakuna Matata à Mar Lodj5ème et 6ème jours : Vous partirez à l'aube pour Mar Lodj, l'une des plus sympathiques îles du coeur du Saloum. Les pirogues sont innombrables mais le mieux est d'utiliser celle de l'hôtel dans lequel vous séjournerez durant vos deux nuits insulaires. En l'occurence le campement Hakuna Matata (photo à droite). Téléphonez leur la veille pour qu'ils viennent vous chercher le matin (Tél /Fax : 949-93-25 Portable: 637-2473). Ambiance jeune et détendu dans un cadre on en peut plus exotique ! Mar Lodj est habitée par des Niominkas, le plus souvent pêcheurs ou agriculteurs (on cultive le riz). L'île vit en quasi-autarcie. Pas d'électricité, pas d'eau courante et les quelques pistes de sable ne sont fréquentées que par les ânes et les milliers de singes qui résident dans les parages...Ces deux derniers jours de calme et de félicité dans le Saloum vous permettront par exemple de tester la pêche dans les bolongs, de visiter quelques villages perdus (à pieds ou à vélo) ou tout simplement de vous reposer loin de tout ce qui ressemble à du bruit motorisé !

Dernier jour : Vous prendrez la première pirogue du matin pour Ndangane qui vous permettra d'admirer la nature dans ses plus jolies couleurs. Une fois A Ndangane, vous pourrez tranquillement rentrer sur Dakar prendre votre avion. Comptez 4 heures de trajet avec votre propre véhicule sans vous presser. En transport un commun, un pick-up vous emmènera d'abord à Joal. Arrivé dans la ville de Senghor, vous prendrez l'une des nombreuses 504 à destination de Dakar (1500CFA-2,5€). Durée totale du trajet : entre 4 et 5h30. Une fois arrivés près de Dakar, n'oubliez pas de dire au chauffeur qu'il vous dépose à "Patte d'Oie" pour vous éviter de rentrer ainsi dans Dakar et pour être tout de suite proche de l'aéroport (1000CFA-1,5€ maxi en taxi jaune et noir).