Partager sur: facebook whatsapp twitter

Les coins

Mais on n'a pas idée de faire une page spéciale sur les "coins"! Hé bien oui messieurs dames, nous on aime les coins et il faut parler de cette institution si africaine ! Comme le nom le laisse penser ce n'est pas un endroit qui a pignon sur rue et les bonnes âmes trouveront ces lieux mal fâmés. Et pourtant... Le coin donc, au sens sénégalais du terme, est un débit d'alcool, souvent clandestin, qui réunit généralement dans des arrières-cours de maison des membres des communautés catholiques du pays. Ailleurs en Afrique on les appelle les "maquis". Si la bière "Gazelle" est la principale boisson que l'on y vend, vous pourrez également parfois y trouver du vin de palme, des briques de vin tunisien "Don Garcia", du caju (alcool de pomme de cajou), du cana (le rhum bissau-guinéen), du pastis (sans majuscule !) et du soum-soum, l'abominable alcool frelaté sénégalais dont un homme sain d'esprit n'oserait à peine se servir pour allumer son barbecue. Bref, les coins sont des lieux extraordinairement conviviaux où siroter tranquillement une bière tout en apprenant à mieux connaître les Casamançais et les Sérères catholiques.

Ici pas de chichis ! Le verre, quand on vous en donne un, est d'une propreté douteuse. Mais qu'importe ! Le prix est de toute façon au ras du plancher ! La "Gazelle" de 75cl est bien-sûr à 600CFA (0,90€) quant aux alcools locaux, leur prix varie en fonction de la saison. En plein mois de décembre, le litre (!) de vin de palme à Fadiouth est à 250CFA (0,38€) et au mois de mai en Casamance le bidon de 20 litres de caju est à 500CFA.

Photos : à gauche dans un coin de Mbour, deux "Gazelles" vides, la soirée commence mal... et ci-dessus à droite quelques boutanches de bibine alignées sur un comptoir à Ziguinchor.

Ces activités sont souvent illégales (surtout lorsqu'il y a vente de soum-soum) et ces établissements ferment et ouvrent au grè de descentes de police. L'originalité des coins tient finalement dans leur aspect "familial". Il arrive souvent qu'ils ouvrent à l'initiative d'une mère de famille qui veut "amortir" le prix de son nouveau frigo tout en arrondissant ses fins de mois. C'est cette convivialité qui fait que les coins portent la plupart du temps le nom de la propriétaire des lieux. On va donc boire son coup chez Marie-Thérèse ou chez Madeleine. C'est l'occasion pour toutes les couches sociales catholiques de se retrouver ensemble quelles que soient leur richesse ou leur pauvreté.

Photo à droite : une bière "Flag" et une brique de Don Garcia, le pinard tunisien qui tue et qui est décliné au Sénégal en deux abominables pifs : le rouge et le rosé. Non millésimé...

Voir aussi la page sur l'ataya
Voir aussi la page sur la communaute catholique du Sénégal

Tu trouveras ci-dessous, quelques adresses de coins sympa. Sache néanmoins que de part le caractère clandestin de certains, nous avons préféré ne pas les citer afin de ne pas les gêner. Toutes les villes de grande et moyenne importance ont des coins au Sénégal. Il suffit de demander aux chrétiens que tu croiseras de t'emmener dans l'un d'eux. En Casamance et en pays Sérère, les plus petits villages ont eux aussi quelques arrières-cours destinées à la "dégustation" des crus locaux. Envoie-nous tes meilleures adresses de coins ou tes photos et nous les publierons dans cette page.

DERNIER DETAIL : L'ABUS DE COINS NUIT GRAVEMENT A LA SANTE ET AU TRAVAIL, réfléchis-y avant de te fixer un budget "coins".

Quelques adresses et références
En Casamance
Dans toute la Casamance les coins prolifèrent. Ouverts une bonne partie de la journée pour les vieux et la nuit pour les moins vieux, ils proposent autant des boissons en bouteille (bières, alccols forts) que des préparations locales. Dans les coins clandestins, l'idéal est de faire comme le bon consommateur: prendre des légumes de saison... En effet, les vins de cajou et de palme ne sont disponible qu'une partie de l'année. Le soum-soum, eau de vie frelatée, est proposé toute l'année.
Sur la Petite Côte
A Dakar

Chez Marie-Catherine : Au bord du grand terrain de foot de Yoff Diamalaye. Dans une maison presque bourgeoise on est surpris de voir cette activité ! C'est en tout cas hyper tranquille et super convivial. Y'a même la télévision et vous en ferez un de vos coins de prédilection si vous le testez une fois avec des amis. Demandez dans une maison riveraine du terrain (côté plage) car l'endroit n'est pas facile à trouver.

Chez Tata Catho : C'est une petite dibiterie en plein quartier tranquille où la viande grillée est super. Clientèle 100% africaine et spécialement catholique (Diolas et Sérères). Les grandes bières Gazelle sont à 500CFA (0,75€). L'accueil est extra et vous pourrez y faire des rencontres sympa dans la communauté catholique de Dakar. Comptez 1500CFA pour un kilo de viande grillée pour deux ou trois personnes ! Allez-y presque toute la nuit, car l'endroit ferme parfois à deux heures ou trois du mat' ! Un des meilleurs coins "légaux" de la capitale. C'est l'endroit que nous vous recommandons d'essayer.

Au Télécentre Tendeng : Une joyeuse famille diola au coeur des HLM Grand-Médine. Comme la plupart des vrais coins "non déclarés" de Dakar, c'est vraiment à la bonne franquette. Assis sur des vieux bancs en bois, sur la terrasse à l'arrière du télécentre (cabine téléphonique privée), vous y serez tranquilles durant les longues et chaudes journées d'hivernage où la pluie vous empêche de sortir. Le coin se trouve non loin de l'école Dior, près du garage "particuliers" des HLM Grand-Médine.

Au Sénégal oriental

Dans les régions de Tambacounda et Kédougou, les Bassaris et les Bédiks sont les principaux tenanciers de coins légaux et clandestins. En ville, les coins sont souvent situés dans les cours des concessions familiales. Mais dans tous les villages bédiks et bassaris il est possible de consommer des boissons fermées (si l'électricité est disponible dans le village pour alimenter un réfrigérateur) ou, encore mieux pour boire de l'hydromel (bière de miel) ou de la bière de mil en compagnie des anciens jusque tard le soir. Les cérémonies d'initiation autant que les fêtes catholiques sont de bonnes occasions de se mettre la tête à l'envers.

Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page

  • par ron de paris 3 votes   

    arrêtons de surveiller les autres, chacun doit vivre sa propre vie. celui qui choisit de boire ou ne pas boire fait son choix personnel. musulman ou chrétien, je trouve que ce débat ne doit pas être fait dans ce contexte. Laissons Dieu faire son travail...

  • par francky 2 votes   

    petite question, tata chato, c'est bien dans le rond point même de liberty 6? un panneau flag avec simplement marqué "catho"? merci de votre réponse

  • par anna 1 votes   

    mw j di k joal est tré cool.

  • par dodo 1 votes   

    yéne wa site bi séne lafeul ndaye

  • par ben 2 votes   

    les coins qui cartonnent: La case, avec une restauration simple efficace et pas chère possibilité de faire uncircuit "omnibus": la case, chez martin (diamarek) la rizère (aux bon soins de tchoukou tchoukou) le "coin noir" tres bien caché. normalement si tu boucles un circuit omnibus (arret à tous les coins) le pont devient plus long à traverser....

  • par maycha 2 votes   

    vous parlez que des chrétiennes et les musulements?cé eux qui vide les bouteilles les chrétiens ne cache pas ce qu'ils font et les musulmans faut pas les oublier quand vous faite vos rubriques sur lalcool ya beaucoup de pro de dans

  • par MARLIN 1 votes   

    oui c vrai qu'il y a bcp de musulmans, mais n'est-ce pas parce qu'ils sont plus nombreux,il y a pas plus de consomateurs dans chacune des deux religions

  • par mamichou18 1 votes   

    mais vous parler bcp de la communauté chrétienne dans cette rubrique mais c'est la communauté musulmane ki fréquente ces endroits actuellement sur 50 clients 40 sont musulmans ils ont pris le dessus ce qu'un musulman boit un chrétien ne le boit méme pas .JE suis vraiment désolé mais votre article est bidon