Partager sur: facebook whatsapp twitter

RUFISQUE

Rufisque, après un passé prestigieux, a été plus ou moins absorbée par la ville de Dakar. Elle fit partie, juste avant l'indépendance, des quatres communes sénégalaises ayant obtenu la nationalité française de leurs administrés (avec Dakar, Gorée et Saint-Louis). Administrativement, la ville fait partie de la région de Dakar. Reliée par une voie rapide à la capitale, elle est sur le passage de la future autoroute à péage Dakar-Diamniadiao. Siège de plusieurs industries dont les cimenteries sénégalaises, c'est une ville fort dynamique qui marque l'entrée de la Petite Côte. C'est également Rufisque qui produit une grosse part de l'électricité du pays grâce à la station thermique du Cap des Biches.

Photo à droite : maison coloniale à Rufisque


Photos ci-dessus : les usines de matelas en mousse situées entre Rufisque et Dakar font le bonheur des nombreux marchands qui vendent la production devant les usines

On pourrait espérer une deuxième naissance pour cette ville au patrimoine historique important. Les vieux bâtiments coloniaux en pierre au charme désuet sont souvent en piteux état, surtout s'ils n'ont pas servi de locaux pour une quelconque administration. Mais ils sont nombreux et une visite des rues animées du centre vous permettra d'en apercevoir plusieurs.

Photos : à gauche une vieille bâtisse coloniale rufisquoise, à droite une mosquée en construction, ci-dessous la cimenterie.

Rufisque est la «porte de la brousse» puisque c'est ici qu'on quitte l'agglomération dakaroise. Son usine de ciment (dont une partie vient de la cimenterie Lafarge démonté à Varen, dans le Tarn-et-Garonne) fournit la quasi-intégralité du ciment du pays. On voit ainsi toute la journée des camions défiler entre Bargny et le reste du pays.

La gestion tant décriée du maire de l'époque socialiste a mené à la ruine physique de Rufisque. Routes défoncées, patrimoine municipal en loque, inondations etc... Quand on sait que le nom de Rufisque vient du Portugais «Rio Fresco» (c'est à dire rivière fraîche car un cours d'eau arrivait dans cet éden boisé et ombragé !), on comprend mal la décrépitude de cette ville sans fleurs ni arbres. Après avoir rendu justice en faisant un peu saigner du nez cet ancien maire, la population a réclamé une amélioration de la gestion municipale et des infrastructures.

L'avenir de Rufisque semble donc plus serein si les efforts nécessaires sont faits pour sa réhabilitation. Des associations de Rufisquois expatriés travaillent pour redonner vie à leur ville. Il y a fort à parier qu'avec l'explosion démographique et immobilière de Dakar et sa banlieue, la cité devienne un "quartier résidentiel" de la capitale à brève échéance. L'accès à la ville facilité par la future autoroute à péage contribuera à cette renaissance.

Notre sélection d'hébergements à Rufisque :
Parse error: syntax error, unexpected 'fa' (T_STRING) in /home/carrentaav/www/intfolder/tourism/vars.php on line 59