Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

Ousmane Sow

Le très talentueux Ousmane Sow qui vient d'exposer ses œuvres sur le Pont des Arts à Paris et dans de nombreuses villes de province est surnommé le Rodin africain. Si vous vous promenez sur la Corniche Dakaroise vous pourrez admirer ses œuvres en plein air.


Ousmane SOW
en plein travail

Voir le site offiiciel
d'Ousmane Sow
www.ousmanesow.com

&  OUSMANE SOW : LE SOLEIL EN FACE : Avec l'irruption de ses Nouba au milieu des années 80, Ousmane Sow replace l'âme au corps de la sculpture et l'Afrique au coeur de l'Europe. Des peuplades d'Afrique aux indiens d'Amérique, Ousmane Sow recherche le fluide de ces hommes debout, comme s'il s'agissait d'offrir en miroir à ces ethnies nomades, fières et esthètes, cet art sédentaire qui leur fait défaut : la sculpture. En passant d'un continent à un autre, il rend hommage, dans sa dernière et puissante création, aux ultimes guerriers d'un même soleil. Hommes eux aussi "de couleur", les libres Peaux-Rouges Sioux et Cheyenne de Sitting Bull et de Two Moon se sont opposés une dernière fois à la rage de destruction blanche, lors de la bataille de Little Big Horn.

&  OUSMANE SOW : PONT DES ARTS - PARIS de BÉATRICE SOULE
Un très beau livre souvenir composé de 280 photos prises au petit matin sur le Pont des Arts, à l'heure où la foule n'avait pas encore envahi la passerelle. 

&  Ousmane Sow : Le Pont des Arts 1999

&  OUSMANE SOW : SCULPTURES de JEAN-LOUP PIVIN PHILIPPE BORDAS JEAN-MARC TINGAUD
A l'occasion de la grande exposition de la Ville de Paris des sculptures d'Ousmane Sow, au printemps 1999, en extérieur sur la Seine sur le pont des Arts, face à l'Institut, le sculpteur sénégalais présentera plus de quatre-vingt sculptures monumentales. Cet événement sera l'élément phare culturel du printemps 1999 à Paris. Gallimard sortira un ouvrage concurrent au nôtre. Il s'agit de faire une nouvelle mise en place de notre ouvrage, monographie unique de l'artiste photographié par Jean-Marc Tingaud et Philippe Bordas avec un essai critique de Jean Loup Pivin.