Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

LA DROGUE AU SÉNÉGAL

34 kg de chanvre saisis à Nietty Mbar - 21.000 comprimés d’éphédryne à Thiaroye/ Gare
Article paru dans le quotidien sénégalais "Le Soleil" en mai 2001.

Les limiers de l’OCRTIS (Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants) ont interpellé quatre personnes et saisi 34 kg de chanvre indien dans la nuit de lundi à mardi, au marché Nietty Mbar de Pikine. La valeur de cette “marchandise” serait de quelque 690000 F CFA (environ 1000€). La semaine dernière, ce même département de la police avait saisi 21.000 comprimés d’éphédryne et procédé à l’arrestation de cinq personnes au marché de Thiaroye-Gare.

C’est à la suite de filatures et d’enquêtes de routine que les policiers ont déclenché l’opération qui a conduit à ces deux grosses prises.

L’inspecteur G.B. de l’OCRTIS était chargé, pour l’occasion, d’informer les journalistes. C’était au cours d’un point de presse dans les locaux de l’hôtel de police, au Plateau.

Selon cet inspecteur, le chanvre indien avait été commandité par une certaine “Mme Diatta”. Les quatre personnes arrêtées dans cette affaire de chanvre ont été entendues et sont actuellement sur le point d’être déférées au parquet, mais seul le nom de la commanditaire a été livré par la police, pour le moment.

Cette dame aurait affrété une grande pirogue afin de convoyer la marchandise prohibée des îles Karone (dans la région de Ziguinchor, sous-préfecture de Diouloulou) à Dakar. Les limiers pensent qu’une très grosse partie de chanvre aurait déjà été livrée (sans doute à des grossistes) entre les Iles Karone et la destination finale, qui était la plage de Thiaroye/Mer. En effet, avance l’un des inspecteurs, les grosses embarcations qui font ce trajet sont capables de prendre des tonnes de marchandises, et celle de Mme Diatta - elle est également propriétaire de la pirogue - a probablement transporté une centaine, voire deux cents kilo de chanvre.

C’est sur la plage que la drogue saisie a été déchargée, vers 20 H, avant d’être acheminée vers le marché Nietty Mbar où la police est intervenue, de nuit, à 2 H, explique-t-on.

Les policiers de l’OCRTIS réalisent ainsi une seconde opération fructueuse en une semaine, après celle qui a conduit lundi dernier au marché de Thiaroye/Gare, à l’arrestation de cinq hommes, et à la saisie de 21.000 comprimés d’éphédryne. Ce produit est classé sur le tableau 1 comme le chanvre indien, l’héroïne, la cocaïne…C’est une substance prohibée qui ne coûte pratiquement rien sur le marché dakarois, puisqu’un comprimé d’éphédryne est échangé à 5FCFA (environ 0,07€ !). Cela est assez surprenant, quand on sait, comme le font remarquer les policiers, que c’est un produit “précurseur” de l’Ectasy, drogue à la mode dont le comprimé est vendu au moins à 100 FF (cent francs français) dans les milieux jeunes de l’Hexagone.

Les hommes arrêtés pour détention et trafic d’éphédryne ont été déférés au parquet vendredi. Il s’agit des nommés Mansour Kane, Khadim Lô, Khadim Diouf, Thierno Badiane et un certain Abdou Diouf. Savaient-ils que le produit est prohibé, lorsqu’ils le vendaient naïvement en le nommant “doomu gnaye” et autres “gnoket”, appellations plus ou moins galvaudées dans le milieu populaire ? Ces hommes étaient apparemment des vendeurs ambulants de médicaments, ceux des fameuses “pharmacies par terre” qui se placent malheureusement comme de dangereux concurrents des pharmacies régulières ayant pignon sur rue.

& Marges, sexe et drogues à Dakar : ethnographie urbaine de Jean-François Werner. A Pikine, banlieue populaire de Dakar, l'explosion démographique urbaine et la profonde crise économique ont aggravé les problèmes sociaux : désintégration des familles, délinquance, prostitution, drogue. C'est dans ce cadre que l'auteur, ethnologue, explore l'espace de la marginalité urbaine, en étudiant les consommateurs de drogues illicites.
&  La criminalité au Sénégal de Meïssa Niang


Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.