Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

Saint-Louis du Sénégal

Voir le plan de Saint-Louis
Voir aussi la page sur les hébergements, la restauration et les loisirs de Saint-Louis
Voir aussi l'album photo officiel de Senegalaisement sur St-Louis ainsi que celui des internautes.
Le film «Les Caprices d'un Fleuve» de Bernard Giraudeau a été tourné à Saint-Louis et Gorée.
Téléchargez l'économiseur d'écran de Saint-Louis
Interview d'Eddy Graeff de SaintLouisduSenegal.com

Le Fleuve entre Guet Ndar et l'île Saint-LouisPetite cité à la fin XVIIIème siècle, sa population atteignait 10.000 habitants, Saint-Louis s'est retrouvée en l'espace d'un siècle propulsée au rang de capitale continentale de l'Afrique de l'Ouest francophone puis destituée de ce titre par Dakar pour retourner à une modeste activité de capitale régionale. De cette histoire, Saint-Louis a gardé évidemment des traces dans son architecture mais aussi et surtout dans sa culture et ses traditions. Des élégantes signares, métisses influentes de l'époque coloniale, jusqu'à cette carrière enviée de dernière étape de l'Aéropostale avant la Transatlantique si liée à Mermoz, le visiteur nostalgique aura mille choses à admirer, apprendre et découvrir.

La ville à taille humaine est divisée en trois parties distinctes : le continent, l'île, et la Langue de Barbarie. La plus belle liaison entre ces quartiers est évidemment le pont Faidherbe (photo en bas à droite) qui représente à lui seul le symbole de l'île ! Faidherbe n'a pas laissé son nom qu'à cette succession d'arcs d'acier. La principale place historique de la ville garde également le nom du gouverneur nommé en 1854 et qui engagea une campagne de grands travaux. Celle-ci commença par la jonction des deux rives du fleuve à travers la construction du pont Servitius. Puis ce fut l'édification de l'hôtel de ville en 1880. La réalisation de la ligne de chemin de fer entre Saint Louis et Dakar en 1883 fut le point culminant de l'œuvre de Faidherbe.

Photo à droite : pirogue sur les berges du bras ouest du fleuve avec en arrière plan le quartier de Guet Ndar sur le Langue de Barbarie

Maison coloniale à Saint-LouisLa cathédrale de Saint-LouisSi une balade dans les calèches touristiques avec des guides «officiels» est le moyen le plus rapide et le plus efficace pour découvrir les principaux sites et monuments de la cité, marcher au gré des rues et ruelles de l'île se révèle beaucoup plus instructif et agréable. Les voitures y sont très rares, et chaque maison est une partie de l'histoire saint-louisienne. De nombreuses plaques indiquent d'ailleurs aux curieux ce que fût ou qui habita tel ou tel édifice. Ville aux mille couleurs, classée par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité, Saint-Louis ravira tous les publics.
Principal site d'accueil de la ville, l'Hydrobase est non seulement le lieu historique de départ des fabuleuses épopées transatlantiques de l'Aéropostale de Jean Mermoz mais aussi un lieu de détente au bord d'une plage immense et tranquille. Juste après le quartier de pêcheur et son cimetière, ce sont de nombreux hôtels et campements à tous les tarifs et tous les conforts qui proposent aux visiteurs quelques jours ou quelques heures de détente entre mer, terre et fleuve Sénégal.

Photos : en haut à droite la cathédrale de Saint-Louis, à gauche maison coloniale aux couleurs pastel, ci-dessous une petite embarcation au petit matin devant le pont Faidherbe.

C'est justement dans le prolongement de l'Hydrobase que se trouve le Parc National de la Langue de Barbarie. De nombreux oiseaux, mais aussi des mammifères et reptiles ont élu domicile dans ce sanctuaire où ils sont protégés. Des excursions en pirogues permettront à ceux qui n'ont pas le temps d'aller dans le Djoudj d'y observer de magnifiques animaux et paysages pour «le plaisir des yeux». Le Djoudj justement constituera pour certains le clou de leur voyage à Saint-Louis. Le pont Faidherbe, symbôle de la villeCe parc national est l'un des deux plus riches espaces ornithologiques au monde. Des centaines de milliers de specimens de très nombreuses espèces d'oiseaux autochtones ou migrateurs cohabitent durant les mois d'automne et d'hiver dans ce dédale d'eau, de marécages, de mangrove et de terre. (voir la page parcs nationaux et réserves).

Une belle maison saint-louisienne !Saint Louis est reliée à Dakar par le train et le voyage dure sept heures. Hélas depuis bientôt 10 ans la ligne est interrompue. Espérons que cette liaison soit vite rétablie avec un train confortable et rapide. A la veille de chaque élection, les gringos farceurs au pouvoir font quelques réparations sur la voie ferrée avec quelques annonces de réouverture mais bien évidemment en mars 2007 toujours rien !
Aujourd'hui, retournée à sa vie discrète au bord du long fleuve tranquille, la capitale du nord Sénégal vit principalement de la pêche et du tourisme, l'essentiel des ses activités commerciales ayant été transféré à Dakar. Elle n'en reste pas moins, une fois passé le pont Faidherbe, l'une des villes les plus agréables d'Afrique de l'Ouest, chargée d'histoire et où il fait bon vivre. Si on peut parfois regretter le manque d'entretien de la ville, l'idéal est d'y passer en même temps qu'un ministre ou d'un président. La visite de Jacques Chirac début février 2005 en est l'exemple : à l'occasion du passage du "Chi", la mairie a sans doute fait acheter deux containers de balais puisque l'île est devenue propre comme un sou neuf. Le film «Les Caprices d'un Fleuve» de Bernard Giraudeau a été en partie tourné à Saint-Louis et dans sa région. Belles images et musique envoûtante. A voir absolument pour se faire une idée de l'influence des Signares, superbes métisses, symbole historique de la ville.

Walking on the Roofs Saint Louis, Sénégal, 1991 Saint-Louis du Sénégal, village des pêcheurs Saint Louis sandy street Colored noise
>>> See more from this gallery


Vidéos sur Saint-Louis-du-Sénégal

Reportage sur Saint-Louis en compagnie d\'Ablaye Cisssokho
Reportage sur Saint-Louis en compagnie d\'Ablaye Cisssokho
Vue 18042 fois
Le village de Guélack près de Saint-Louis : les défis du développement durable
Le village de Guélack près de Saint-Louis : les défis du développement durable
Vue 12119 fois
Le quartier de Guet Ndar à Saint-Louis  : entre pêche et vie quotidienne
Le quartier de Guet Ndar à Saint-Louis : entre pêche et vie quotidienne
Vue 9829 fois
Expatriés français au Sénégal : l'exemple de Saint-Louis
Expatriés français au Sénégal : l'exemple de Saint-Louis
Vue 7640 fois
Saint-Louis, sa culture, la vieille ville et le Bou el Mogdad
Saint-Louis, sa culture, la vieille ville et le Bou el Mogdad
Vue 6045 fois
La gastronomie sénégalaise : un tour sur les marchés et les cuisines de Saint-Louis
La gastronomie sénégalaise : un tour sur les marchés et les cuisines de Saint-Louis
Vue 5428 fois
Le parc national aux oiseaux du Djoudj
Le parc national aux oiseaux du Djoudj
Vue 4673 fois
Brûlage de la canne à sucre à Richard-Toll
Brûlage de la canne à sucre à Richard-Toll
Vue 4516 fois
Visite guidée de Saint-Louis par 2JBB
Visite guidée de Saint-Louis par 2JBB
Vue 4427 fois
LE BALLET DES PELICANS dans le Djoudj
LE BALLET DES PELICANS dans le Djoudj
Vue 4258 fois
>>>>> Voir la suite des vidéos

Site internet du conseil régional de Saint-Louis
Site internet de la commune de Saint-Louis
Site officiel de la ville
Site de l'Université Gaston Berger

Voir le plan de Saint-Louis
Voir aussi la page sur les hébergements, la restauration et les loisirs de Saint-Louis
Voir aussi l'album photo officiel de Senegalaisement sur St-Louis ainsi que celui des internautes.
Le film «Les Caprices d'un Fleuve» de Bernard Giraudeau a été tourné à Saint-Louis et Gorée.
Téléchargez l'économiseur d'écran de Saint-Louis
Interview d'Eddy Graeff de SaintLouisduSenegal.com

Sandrine nous donne ses impressions et ses bons plans suite à sa dernière visite à Saint-Louis :
- Sur village de pêcheurs à St-Louis :
Se promener sur plage + fumoirs à poissons : no problem, attention aux gars sympas pour guide : fin de la balade ordonnance à 250CFA qui date de 4 ans !!!
- Pour aller sur la Langue de Barbarie, prendre taxi sur la place au village côté Langue de Barbarie, demander le taximan «Séyé» avec sa Renault 18 break couleur chocolat. Sympa et pas d'arnaques.
- Parc du Djouj : mi-avril c'est la saison limite pour les oiseaux ! Ne pas prendre de guide pour y aller, pirogues de 40 pers. Les rangers font office de guides.
- A St-Louis, Office du tourisme trop cher pour les excursions.

o ANIMATION : festival de Jazz, Fanals, etc...

Les Fanals : Si durant la dernière semaine de décembre vous voyez d'immenses chars multicolores de plusieurs mètres de hauteur défiler dans la vieille ville, ce n'est pas la Techno Parade (Alhamdoulilahi !) mais les Fanals. Chaque année les Fanals constituent une manifestation ancrée dans la tradition festive des Saint-Louisiens. Evènement culturel incontournable, il ressucite pour un temps les majestueuses Signares, métisses élégantes des temps coloniaux. Les Fanals ont lieu chaque année entre Noël et le jour de l'an et animent la ville sur un air de Carnaval.
Les Régates : C'est pas la Route du Rhum, mais c'est tout aussi épique ! Quand les pirogues de Saint-Louis se lancent dans une compétition acharnée sur les eaux calmes du fleuve Sénégal, cela donne un spectacle grandiose pour l'oeil étranger autant que pour celui des habitants de chaque quartier de la ville qui défendent leurs couleurs ou leur famille. Chaque année après la Tabaski (fête du mouton), c'est à dire vers la fin décembre 2007, les pêcheurs se lancent donc dans cette course folle. A ne pas manquer.
Le Centre Culturel Français : Si l'architecture du bâtiment appelé désormais ICL Jean Mermoz (Institut Culturel et Linguistique) est loin d'égaler ses homologues de Ziguinchor ou Kaolack, le dynamisme du CCF de Saint-Louis est incontestable. Sous la gestion de son précédent directeur, Vincent Giovannoni, il a réussi à s'imposer ces deux dernières années comme une pépinière d'artistes locaux. Plébiscité par la jeunesse saint-louisienne, le CCF a tenu le pari d'être un des acteurs culturels majeurs du pays. Enrichissement du fond de la bibliothèque, organisation de concerts, volonté d'être une pépinière de nouveaux talents, mise en place d'un très populaire cercle de réfléxion sont autant de réalisations récentes qui ont contribué à redonner à Saint-Louis une dimension nationale.
Festival de Jazz : Du 24 au 27 mai 2007. L'évènement a fêté son dixième anniversaire en 2002. Au fil des années, le festival a connu des hauts et des bas mais a réussi à s'imposer comme la plus importante manifestation culturelle du pays. Des stars de nombreux pays s'y produisent à chaque édition : Fémi Kuti, Manu Dibango, Youssou Ndour, Doudou Ndiaye Rose, Steve Coleman, etc... Sur quatre jours les concerts se succèdent dans une ville qui a su profiter de cette aubaine pour organiser de multiples activités culturelles et commerciales gravitant autour du festival.
Piscine : Si vous n'avez pas la chance de séjourner dans un hôtel qui en est équipé, l'unique piscine du centre-ville (sur l'île) est ouverte au public. C'est celle du Flamingo et l'entrée est gratuite si vous déjeunez ou prenez l'apéro au restaurant.Le cadre en bord du fleuve est fantastique. Vue sur les îles et le pont Faidherbe.
Casino : Dans le cadre récent d'un complexe comprenant un restaurant (la Terrasse) et un night-club (le Laser), le Casino de Saint-Louis divertira les passionnés du jeu. Ce n'est pas Las Vegas, mais les amateurs s'y retrouveront.
Office du Tourisme de St-Louis Office du Tourisme : A la sortie du pont Faidherbe. Accueil souriant et professionnel. En plus de renseigner les touristes avec compétence, l'Office du Tourisme organise de nombreuses excursions dans la région de Saint-Louis. La visite du Djoudj par exemple est proposée à des tarifs de groupe (si d'autres touristes se joignent à vous) ou des tarifs individuels. Il aide également à réglementer le travail de «guide» à Saint-Louis en empêchant ainsi les traditionnels petits emmerdeurs d'harrasser les touristes tout en laisser la pratique du métier à de jeunes diplômés.

La Langue de Barbarie et l'Hydrobase : Pour ceux qui ne résideront pas dans les hôtels et campements de la Langue de Barbarie, une visite de cet étroite bande de terre séparant le Fleuve de l'Océan s'impose. La Langue de Barbarie se compose d'une part du parc national du même nom, qui, s'il n'égale pas le Djoudj dans ses paysages et sa bio-diversité, ne manquera pas de séduire les amoureux de la nature, et d'autre part de l'Hydrobase, juste après le cimetière de pêcheurs qui au temps de l'Aéropostale constituait le point de départ des fabuleux périples de Jean Mermoz. La sortie vers le parc peut se faire dans la journée. Le Campement Océan et Savane, annexe de l'Hôtel Résidence et le Campement de la Langue de Barbarie, annexe de l'Hôtel de la Poste peuvent-être un excellent point de départ.
Si vous voulez vous promener ou simplement vous baigner, vous irez bien sûr sur la plage de l'Hydrobase où de nombreux établissements hôteliers vous permettront de déjeuner, dîner ou boire un verre dans une ambiance conviviale (voir plus loin la liste des hôtels de l'Hydrobase). Liaisons en taxi avec le centre-ville pour 500CFA en moyenne en fonction de la distance.

Photo ci-dessous à droite : vue aérienne de la langue de Barbarie massacrée par une brèche qui d'ici quelques années va finir de l'engloutir.

La Langue de Barbarie est une formation que l'on appelle un isthme. En 2004, les "autorités" et en particulier ce gland de Masseck (Ousmane Masseck Ndiaye, l'idiot encravaté propulsé maire de Saint-Louis) ont décidé au mépris de toute étude géologique et au mépris de l'expérience lamentable de Djiffer de creuser une brèche au milieu de la bande de terre pour permettre aux eaux du fleuve de s'écouler plus rapidement dans la mer pendant les crues. Aujourd'hui, cette brèche qui ne faisait qu'une dizaine de mètres de large a séparé la Langue de Barbarie en deux parties distantes de plusieurs centaines de mètre. La partie sud, celle qui constitue le parc national, est condamnée à disparaître à court terme, engloutie par les eaux. Quant à la partie Nord, celle qui protège l'île Saint-Louis, sa vie de tient qu'à un fil et les sommes qu'il faudra débourser un jour pour la sauver des flots seront hors de portée des finances municpales....

Catamaran à Saint-Louis Les Courriers du Sud :
Pour ceux qu'une mini croisière de charme en catamaran intéressent, des excursions sont organisées au départ de l'Hydrobase ou du pont Faidherbe sur un bateau de onze mètres, le Mâta Kité Rhâni. Déjeuner gastronomique et beaux souvenirs garantis. 25.000CFA/personne tout compris (entrées, boissons, repas, etc..) ( 560-18-65 ou 561-27-65
Vent Tropical : Un nouveau club nautique et école de voile à Saint-Louis. Le club est affilié a la Fédération sénégalaise de voile.
Fleuve Aventure à Saint-Louis Fleuve Aventure : (961-1981 Visitez les rives des différents quartiers de la ville ou partez à l'aventure en remontant le Fleuve jusqu'aux îles mauritaniennes à bord de la pirogue Falémé. Embarquez pour une découverte des cultures et des paysages des rives du fleuve Sénégal. Sensations garanties.

Voir le plan de Saint-Louis
Voir aussi la page sur les hébergements, la restauration et les loisirs de Saint-Louis
Voir aussi l'album photo officiel de Senegalaisement sur St-Louis ainsi que celui des internautes.
Le film «Les Caprices d'un Fleuve» de Bernard Giraudeau a été tourné à Saint-Louis et Gorée.
Téléchargez l'économiseur d'écran de Saint-Louis
Interview d'Eddy Graeff de SaintLouisduSenegal.com

o SERVICES

Taxis : Comme à Ziguinchor, Tamba ou Kaolack, les taxis de Saint-Louis n'ont pas de compteur. Mais il n'y a pas besoin de marchander car il y a un prix fixé pour les trajets urbains (350CFA et 450CFA à partir de 23h00). Néanmoins, si vous allez dans des quartiers ou localités vraiment excentrés ou tard la nuit le prix augmentera (exemple : si vous allez à la plage de l'Hydrobase, Parc du Djoudj, etc...)
Banques : Pour les fanatiques des travellers chèques et pour les heureux détenteurs d'une Visa ou d'une Eurocard-Mastercard, vous pourrez avoir de l'argent bien frais à la BICIS de Saint-Louis, Inch'allah, si les caisses ne sont pas vides. Blague à part, vous n'aurez aucun problème. En tous les cas, les hôtels changent les travellers chèques et la plupart acceptent les cartes de crédit VISA en paiement des nuitées et de la restauration. Ce sont au total 4 distributeurs automatiques de billets qui fonctionnent 24/24h dont un en plein centre touristique et les autres non loin de la gare de Saint-Louis. Attention: préférez retirer une bonne fois une grosse somme qu'une multitude de petits retraits car les frais forfaitaires sont relativement coûteux.
Librairies : Désormais, dans toutes les grandes villes du pays (Ziguinchor, Kaolack, Thiès, St-Louis, Tamba) vous pouvez acheter la presse internationale. Pour les résidents expatriés sur place c'est un bienfait de pouvoir lire les quotidiens, hebdo ou mensuels dans chaque région du Sénégal. Saint-Louis ne fait pas exception, et, en plus de la presse, vous pourrez acheter des livres traitant de la ville et du Sénégal plus généralement ainsi que des cartes postales. Parmi les librairies-presse, il y en a notamment une au bout de l'avenue du Général de Gaulle, dans le prolongement du Pont Faidherbe.
Cybercafés : Plusieurs cybercafés sévissent à Saint-Louis. Grâce à l'avènement de l'ADSL, la rapidité s'est grandement améliorée et il est facile de se connecter plusieurs cybers tant sur l'île que sur le continent. Pour à peine 500CFA (1€) de l'heure ils vous permettront de rester en contact avec internet. En outre, de plus en plus d'hôtels proposent une connexion internet à leurs clients.
Consulat de France : Que des fonctionnaires français soient payés pour se reposer à Saint-Louis pour des raisons de prestige et d'histoire est vraiment affligeant. L'incompétence le dispute au mépris des touristes et comme pour le consulat de France à Dakar, n'espérez ni secours, ni aide ni conseil de ces gens à l'attitude navrante. Allez plutôt signer la pétition contre le Consulat de France au Sénégal en cliquant ici ! (961-2227
Consulat de Belgique : La communauté belge est bien implantée à Saint-Louis : qu'il s'agisse d'hôteliers ou de touristes, la capitale du Nord attire chaque année de nombreux ressortissants belges. Le consulat de Belgique est situé non loin de la Pointe Nord, en face du consulat de France dans un des plus beaux bâtiments de la ville (photo de droite). Le nouveau consul honoraire est Philippe Legrand de l'hôtel Mermoz.(961-1035
Hôpital régional de Saint-Louis :

Voir le plan de Saint-Louis
Voir aussi la page sur les hébergements, la restauration et les loisirs de Saint-Louis
Voir aussi l'album photo officiel de Senegalaisement sur St-Louis ainsi que celui des internautes.
Le film «Les Caprices d'un Fleuve» de Bernard Giraudeau a été tourné à Saint-Louis et Gorée.
Téléchargez l'économiseur d'écran de Saint-Louis
Interview d'Eddy Graeff de SaintLouisduSenegal.com

& Bibliographie

& Mermoz de Joseph Kessel : Né dans l’Aisne à Aubenton le 9 décembre 1901 et disparu en 1936 à bord de l’hydravion Croix du Sud au large des côtes de Dakar, Mermoz a eu un destin unique : il fut le plus prestigieux et le plus aimé des pilotes à l’époque où l’aviation comptait encore des aventures qui tenaient de l’épopée et inspiraient au monde entier une admiration sans borne. 
& Comptoirs et villes coloniales du Sénégal : Saint-Louis, Gorée, Dakar. Alain Sinou reconstitue l'histoire de la construction des comptoirs et des villes de la côte sénégalaise, histoire matérielle bien sûr, mais aussi histoire des idées et des mentalités qui ont présidé à l'édification et à l'organisation des villes coloniales.
& Saint Louis du Sénégal mort ou naissance de R. Bonnardel 
& Le Toubab de Saint-Louis de Sylvie Argondico (roman) : Stan est chargée par son journal de retrouver et d’interviewer Dormier, un écrivain de talent qui a tout quitté, en pleine gloire, pour partir vivre en Afrique. De Dakar à Saint-Louis du Sénégal, Stan découvre un monde, un rythme, une lumière, qui la séduisent et la transforment un peu plus chaque jour.
& Jean Mermoz l'esprit de l'aéropostale de Jean-Paul Ollivier 
& Saint-Louis du Sénégal, mémoires d'un métissage de J.-P. Biondi
& Saint Louis du Sénégal, architextures de Roberto F.O. 
& Saint-Louis du Sénégal de Camara 
& Sénégal, de Gorée à Saint-Louis : carnets de Patrick Fouilhoux 
& Saint-Louis Jazz - Histoires de jazz au Sénégal d'Herve Lenormand
& 1789 en l'Isle Saint-Louis du Sénégal (théâtre) de Ahmed Cissé Tidjani

o Hébergements Restauration et Loisirs

 # Quelques exemples de location à St-Louis (voir toutes les annonces)
1. A vendre Maison (meublée) avec jardin (une chambre) à Bango
2. A vendre Maison (meublée) avec jardin (2 chambres) à Bango
3. A vendre Maison (meublée) avec jardin (3 chambres) à Bango

Hébergements Restauration et Loisirs - Cliquez ici !

 


Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 19/03/2015 - 14:03 par  1 votes   
    Vous avez oublie l'historique et l'organisation de la commune de saint-louis
  • Message déposé le 13/12/2009 - 12:12 par bosse  1 votes   
    Saint-louis sombre de plus en plus dans la nudité.Avant qu'il soit trop tard,nous supplions au nouveau conseil municipal,à défaut de rendre le tablier,de s'attacher de l'aide des bonnes volontés et des anciens qui ont eu à occuper cette station pour aller de l'avant dans la mesure son incapacité de trouver un quelconque partenaire si démuni qu'il soit.Levons nous avant qu'il soit trop tard chers concitoyens et rectifions cet incident de l'histoire qui a installé chez nous le plus médiocre des médiocres qui n'a que sa langue.Bon vent Mr le soit disant maire que par l'appellation.Fraternellement.
  • Message déposé le 15/06/2009 - 17:06 par gérald  1 votes   
    vous avez oublié l'hotel oasis où on trouve un bon rapport qualité prix, ils offrent les mêmes prestations sinon mieux que les autres hotels de la langue de barbarie, le personnel est trés accueillant et les patrons super sympas
  • Message déposé le 08/03/2008 - 23:03 par sylla  1 votes   
    Depuis 10mn je cherche l hotel CAP ST LOUIS en vain.....,!!!! un coin paradisiaque cet endroit a sa place sur le site .
  • Message déposé le 30/10/2007 - 11:10 par FRANCOIS  1 votes   
    vous avez oublier l exellent restaurant de l hotel cap saint louis sa plage poissonneuse son acceuil sa piscine.prix en rapport avec les prestations.francois parramon darne.
  • Message déposé le 13/12/2006 - 01:12 par abou  1 votes   
    j'adore ndar
  • Message déposé le 13/12/2006 - 01:12 par abou  1 votes   
    ndar
  • Message déposé le 20/03/2004 - 01:03 par Magali  1 votes   
    Ah Saint-Louis du Sénégal!!!! Que dire à pars que c'ast une superbe ville. Les gens y sont très sympathique et surout très accueillant. Si vous n'avez pas d'endroit ou allé, diriger vous vers l'hôtel Résidence en plein coeur de la ville. Le parsonnel et les patrons vous accueillerons trè chaleuresement. Bref, qu'il fait bon vivre à Saint-Louis.....