Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

SIDA

SIDA Sénégal HIV protectionLe sida est encore peu présent au Sénégal comparativement à d'autres pays d'Afrique et du monde. Il reste néanmoins présent et en constante évolution. Une vigilance s'impose donc en cas de relations sexuelles sur place. Des préservatifs de fabrication américaine aux normes internationales sont en vente partout au Sénégal pour 150CFA les 3. Des Manix sont en vente dans de nombreuses pharmacies. Rappelons-nous également qu'il est de notre devoir en tant que personnes bien  informées de sensibiliser les sénégalais qui ne le sont pas encore des risques de pratiques sexuelles non protégées.

Photo à droite : campagne contre SIDA derrière un monument aux morts à Kolda.

 


Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/phpFlickr.php on line 90

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/phpFlickr.php on line 324

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/phpFlickr.php on line 393

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/phpFlickr.php on line 462

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /usr/local/lib/php/HTTP/Request.php on line 412

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /usr/local/lib/php/HTTP/Request.php on line 736

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /usr/local/lib/php/HTTP/Request.php on line 749

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /usr/local/lib/php/HTTP/Request.php on line 794

Strict Standards: Redefining already defined constructor for class Net_URL in /usr/local/lib/php/Net/URL.php on line 124

Strict Standards: Non-static method DB::connect() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/filaospr/www/intfolder/phpFlickr.php on line 104

Strict Standards: Non-static method DB::parseDSN() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB.php on line 520

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB.php on line 557

Strict Standards: Non-static method PEAR::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/filaospr/www/intfolder/phpFlickr.php on line 105

Strict Standards: Non-static method DB::isManip() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 2200

Strict Standards: Non-static method DB::isManip() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 2200

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1217

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1292

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB.php on line 1387

Strict Standards: Non-static method DB::isManip() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 2200

Strict Standards: Non-static method DB::isManip() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 2200

Strict Standards: Non-static method DB::errorMessage() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB.php on line 965

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB.php on line 688

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1217

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1283

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1009

Strict Standards: Non-static method DB::isManip() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 2200

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1014

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB/common.php on line 1292

Strict Standards: Non-static method DB::isError() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /usr/local/lib/php/DB.php on line 1387
Aid :: Senegal tabasky e pesci The unbearable lightness of being - 803 Down by the riverside...... night at sea
>>> See more from this gallery

Voir le site de l'Alliance Nationale contre le SIDA (Sénégal)

Sensibilisation SIDAORGANISME D'EXÉCUTION :
Centre de coopération internationale en santé et développement inc. (CCISD inc.)

Photo à gauche : sensibilisation sur des panneaux d'affichage en décembre 2007

PARTENAIRE LOCAL :
Ministère de la Santé publique et de l'Action sociale, Programme national de lutte contre le sida (PNLS)

CONTEXTE

Au Sénégal, les cas d'infection par le VIH ou de sida sont relativement faibles par rapport aux autres pays de la sous-région. Selon les chiffres rendus publics par le Programme national de lutte contre le sida, en décembre 1995, il y a eu 1 800 cas de sida et près de 60 000 séropositifs déclarés dans ce pays. La séroprévalence globale du VIH est estimée actuellement à 1 % et la transmission du virus est essentiellement hétérosexuelle. Les deux virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1 et VIH-2) sont présents au Sénégal ; le VIH-2 (rencontré en Afrique de l'Ouest, en Afrique centrale lusophone et en Inde) a été mis en évidence la première fois à Dakar. La proportion des infections à VIH-2 est estimée entre 67 et 70 % chez les séropositifs, mais on note une tendance évolutive ascendante de l'infection au VIH-1, surtout dans les groupes à risque tels que les prostituées et les personnes de sexe masculin atteintes de MST..

Cela dit, le sida est considéré par les dirigeants politiques comme un problème important, car ils constatent, comme dans d'autres pays, que l'évolution de la maladie est rapide. Entre janvier 1990 et le 31 décembre 1991, les données de la sérosurveillance sentinelle de l'infection au VIH objectivaient déjà une augmentation des taux de prévalence chez les malades masculins porteurs de MST et chez les prostituées. Les projections nationales du taux de prévalence de l'infection au VIH sont les suivantes : 2,88 % en 2003 pour la population générale de 15 ans et plus. À la même date, il atteindra 4,44 % dans la région de Dakar, 2,54 % dans celle de Kolda et 1,75 % dans la région de Tambacounda ; il s'agit des régions d'intervention du Projet. Déjà, cet état de la situation fait ressortir l'importance de renforcer les actions de lutte contre les MST et le sida en cours au Sénégal. Cela est d'autant plus justifié que les MST, cofacteurs de l'infection au VIH, représentent un problème assez important dans ce pays. Par ailleurs, quelques faiblesses ont été constatées quant aux actions mises en avant par le gouvernement, à savoir : i) l'insuffisance de la couverture du territoire national et, de ce fait, ii) la faible prise en charge des MST et du sida (notamment en ce qui a trait à la prévention primaire et secondaire) par certaines structures de santé. Enfin, la migration des populations, la prostitution clandestine et la précocité des rapports sexuels constituent des facteurs réels de propagation de l'épidémie.

Dans le cadre du Programme de lutte contre le sida en Afrique francophone (1990-1995), le Sénégal a bénéficié d'un appui essentiellement axé sur l'appui communautaire. Il a, de ce fait, cumulé un capital d'expériences dans le domaine des microréalisations dans la communauté qui lui sera fort utile et dont pourront aussi tirer profit les autres pays d'intervention du présent projet. Le projet a débuté en 1992 et le travail s'est fait, en étroite collaboration avec les organismes communautaires (organisations non gouvernementales, associations, groupements) et les institutions de l'État. À son terme (31 mars 1995), une centaine de microréalisations avaient été exécutées. La réalisation de ce projet s'est faite en plusieurs étapes dont la première fut marquée par des interventions sur toute l'étendue du pays. Pour des raisons d'efficacité, de coordination nationale et de rationalisation, on a, dans les derniers moments de son existence, limité son action aux régions de Dakar (district de Rufisque), de Tambacounda et de Kolda qui sont les régions d'intervention retenues pour la phase 2 du projet. Le choix des régions médicales (correspondant à des régions administratives) a été guidé par les recommandations des décideurs nationaux. On a pris en considération le fait que ces trois régions ont peu ou pas été appuyées par d'autres intervenants en matière de lutte contre les MST et le sida. Par ailleurs, elles n'ont pas bénéficié de l'action du premier programme canadien qui consistait en appui à de microréalisations en matière d'information, d'éducation et de communication sur le sida. Enfin, rares sont les agents de santé qui ont été encadrés ou soutenus pour mener efficacement la lutte contre les MST et le sida, selon les standards du programme national.

Du fait de la stratégie d'intervention, les critères de sélection des unités d'intervention, entre autres le degré de concentration des populations ayant des comportements à haut risque de transmission de MST et l'importance du flux migratoire à proximité du site ont conduit à retenir une cinquantaine d'unités, réparties dans les districts de ces régions, dont treize officiellement pour la première année du projet (du 1er janvier 1997 au 31 mars 1998).

OBJECTIFS VISÉS

La stratégie clé du projet, au Sénégal comme dans les autres pays d'intervention, consiste à minimiser la transmission du VIH au moyen d'un contrôle efficace des MST. Pour ce faire, le projet vise à intégrer les services anti-MST aux soins de santé primaires tout en associant les groupes communautaires à l'effort de prévention. Les agents de santé qui sont visés ici sont principalement ceux qui travaillent dans les unités opérationnelles, soit ceux des centres et des postes de santé, des maternités rurales, des dispensaires, etc. Les activités du projet visent également les individus et les groupes qui organisent et animent, à côté des agents de santé, les activités de développement sociosanitaire. Les bénéficiaires de cette intervention sont essentiellement les groupes à haut risque de transmission du VIH afin de freiner la propagation de ces infections dans la population en général. Ces groupes sont : les camionneurs, les charbonniers, les travailleurs agricoles, notamment hors saison, et les professionnelles du sexe qui sont le plus souvent non déclarées dans ces régions.

Les interventions du projet se classent donc en deux volets pour lesquels un certain nombre d'objectifs particuliers ont été fixés. Pour le volet médical, on verra à :

  • mettre en place et à recycler l'équipe de formateurs ;
  • former des agents de santé dans les régions ciblées par le projet ;
  • soutenir et à assister le personnel formé par le projet ;
  • mettre en place des outils de gestion efficaces et peu coûteux ;
  • apprécier le niveau de prise en charge des cas de MST dans des structures de santé (Enquêtes IP6, IP7) ;
  • rendre disponibles tous les médicaments anti-MST essentiels ;
  • mener une étude sur l'étiologie des urétrites.

Dans le cadre du volet appui communautaire, on s'efforcera de :

  • favoriser les changements de comportements individuels et collectifs, culturellement acceptables, pour réduire les MST et le sida ;
  • promouvoir les recours aux services de santé en cas de MST et l'utilisation des préservatifs ;
  • promouvoir la participation des populations bénéficiaires à la gestion de leur propre santé, en ce qui concerne tant les moyens que le contenu.

PRINCIPALES RÉALISATIONS

Appui aux services de santé :
Au Sénégal, le Projet appuie actuellement 13 unités d'intervention (UI) réparties dans les régions médicales de Dakar, Kolda et Tambacounda. Après un an d'exécution, le Projet a:

  1. mis en place une équipe de formateurs/superviseurs dans les régions/districts;
  2. formé et supervisé le personnel de santé dans les 13 UI (ref. No Tableau I);
  3. obtenu l'introduction de la ciprofloxacine et de la doxycycline et fourni les dotations initiales de médicaments aux UI (ref. No Tableau II);
  4. assuré la surveillance de base auprès des UI. Au total, entre janvier et août 1997, 2 634 cas de MST ont été enregistrés comme tels dans les 13 UI.

Appui à la participation communautaire :
En matière d'appui à la participation communautaire, les principales réalisations du Projet dans l'An 1 sont les suivantes:

  1. la poursuite de l'identification des organisations communautaires (OC) dans les aires de responsabilité des 13 UI, la formation de 28 représentants de ces OC et la production d'un document d'information sur ces organisations;

  2. la poursuite de l'exécution de 13 micro-réalisations (MR) prévues dans la Phase initiale du projet. Les résultats globaux se présentent comme suit: - 5 886 personnes ont participé aux activités de sensibilisation parmi lesquelles les professionnelles du sexe (PS) de Diam Niadio, Tambacounda et Kolda, les routiers de Tambacounda, Koussanar et Koupeuntoum, ainsi que des travailleurs saisonniers et autres habitués de marchés hebdomadaires; - 728 personnes ont participé à notre enquête visant à cerner leurs connaissances et leurs attitudes sur les MST/SIDA; - 186 relais ont été formés dont une dizaine de PS à Tambacounda, Kolda et Sébikotane; - 11 491 préservatifs ont été distribués; - l'UI de Sébikotane connaît une grande affluence de PS sensibilisées dans le cadre d'une MR.;

  3. le financement de 8 MR (5 districts et 3 régions), à hauteur de 800 000 F CFA, dans le cadre de la "Semaine nationale Jeune-SIDA, 1997". Cette semaine s'est déroulé du 23 au 30 août 1997 sous le thème "L'adolescence face aux MST/SIDA";

  4. une mission systématique auprès des responsables administratifs et politiques des régions, des préfectures et des arrondissements afin de les informer et de la sensibiliser sur les orientations, les stratégies et les activités du projet. À ce jour, SIDA II est bien connu des autorités locales décentralisées de Dakar, Kolda et Tambacounda;

  5. la supervision des activités des organismes relais (OR).

Études et recherches :
À ce niveau, voici les réalisations du projet au cours de la dernière année:

  1. une étude sur les connaissances et les attitudes de la population face aux MST/SIDA a été menée en début de projet. Au total, 721 personnes ont été interviewées. les données ont eu pour objectif général d'appréhender les pré-requis de la population sur les MST/SIDA;

  2. en août 1997, un sondage auprès des fournisseurs alternatifs de soins a permis, d'une part, d'appréhender l'ampleur des recours aux soins au niveau de ces pharmacies, cliniques, cabinets, etc., et, d'autre part, d'en apprécier les caractéristiques. Au total, 114 structures ont été recrutées dans les chefs-lieux de postes ou de centres de santé;

  3. l'étude régionale sur l'étiologie des urétrites et des ulcères génitaux s'est déroulée de février à novembre 1997. Au total (à la fin août 1997), 168 spécimens ont été collectés dans le pays: 95 prélèvements d'urétrites, 27 d'ulcères génitaux et 46 chez les patients asymptomatiques.

LEÇONS TIRÉES DE L'EXPÉRIENCE

Orientations d'ensemble :
À partir de l'An 2, le CCISD inc. veut au Sénégal:

  1. minimiser les difficultés et les contraintes de l'an 1 et, de ce fait, renforcer davantage les acquis du projet;
  2. recentrer et réajuster l'intervention du projet en l'inscrivant dans le cadre de la décentralisation des services de santé que priorise le gouvernement sénégalais. La stratégie clé du projet, pour soutenir ce processus, consiste en un transfert contrôlé plus rapide des responsabilités dans les districts de santé;

  3. dans cette optique, appuyer les districts de Tambacounda et de Rufisque où une couverture de toutes les formations sanitaires en matière de prise en charge des MST sera assurée de façon progressive tout au long du projet, tout en menant des activités plus intensives dans celles qui sont plus fréquentées par les groupes à haut risque de transmission;

  4. au plan de l'appui communautaire (APCOM), s'appuyer sur le capital d'expérience cumulé dans le cadre du projet "Support à la lutte contre le SIDA au Sénégal" (1992-1995) et l'An 1 de SIDA II pour tester les capacités intrinsèques des districts à mener et poursuivre les activités d'APCOM;

  5. en conformité avec les ententes agréées, tenir le Ministère de la santé informé de l'avancement du projet et, si besoin était, chercher avec lui des solutions acceptables aux contraintes qui empêcheraient la réalisation des résultats visés au projet.

Coordination de l'action des bailleurs de fonds :
Un incident impliquant le Programme national de lutte contre le SIDA (PNLS) et la Coopération allemande 9GTZ) dans la région de Kolda, où le projet intervient, a fait ressortir la nécessité de réunir en même temps à la même place les différents intervenants dans la lutte contre les MST et le SIDA au Sénégal. Désormais, le PNLS fera des réunions mensuelles regroupant tous les intervenants du domaine MST/SIDA. Cela n'exclut pas des rencontres bilatérales avec les différents intervenants pwour des questions spécifiques.

Supervision des agents de santé :
Une autre leçon tirée de l'expérience de l'An 1 est l'impossibilité pour la Coordination nationale du projet de réaliser des supervisions rapprochées en partant de Dakar en direction de régions éloignées comme Kolda et Tambacounda. Dans l'An 2, les visites de supervision du personnel travaillant dans les UI seront plus proches les unes des autres en raison du changement de stratégie quant à la coordination et au développement du projet:

  • supervision UI An 2: une supervision mensuelle par les équipes cadre de district (ECD) et une supervision trimestrielle par le coordonnateur national (CN);
  • supervision UI An 1: une supervision mensuelle par les ECD et une supervision semestrielle par le CN.

Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 26/04/2015 - 10:04 par  1 votes   
    insister sur la sensibilisation pacque beaucoup de jeunes inconscients entretiennent des rapports sexuelles non proteger avec des prostitues et c t un risque majeur
  • Message déposé le 25/04/2015 - 03:04 par abdou  1 votes   
    une fille m'a dit qu'avec le planning familial, elle peut coucher avec N hommes sans préservatif car elle ne craint pas la moindre grossesse.
  • Message déposé le 25/04/2015 - 03:04 par fongabdou  1 votes   
    AU SECOURS à Sédhiou. Le taux EST EXPONENTIEL. Alors AU SECOURS!
  • Message déposé le 21/02/2012 - 16:02 par david  1 votes   
    je me suis infecte a la clinique hubert en 1983 a la suite d,une transfusion et depuis je vis avec le vih2.C,est vrai qu,il est moins agressif que le 1 et quels sont les espoirs de survie.Je vis en France actuellement.
  • Message déposé le 19/02/2012 - 01:02 par el hadji thierno drame  1 votes   
    avec le temps que dirais a un mandiant assis sur de l or?ne m appeler pas envoie moi juste un sms si tu veux qu on se connaisse mieux.00221777121994 surtout repond moi en me donnant ton nom pays et numero de telephone.tres serieux.mon nom est thierno drame je suis du senegal passe une excellente nuit.
  • Message déposé le 31/12/2011 - 18:12 par marty  1 votes   
    Il y a des informations très intéressantes sur le net à propos du SIDA: voir De Harven sur la remise en cause du VIH. Et le professeur Montagné qui affirme dans une interview que la simple amélioration des conditions de vie, en Afrique notamment suffit à guérir. Cela donne à réflèchir !!
  • Message déposé le 11/10/2011 - 18:10 par Breytt  0 votes   
    Sites de rencontres pour personnes hiv séropositives 100% GRATUITS ANGLOPHONE http://www.afropoz.com/ http://www.africanamericanpassions.com http://personals.poz.com/ http://positivemeetic.com/ FRANCOPHONE http://www.hivmix.com/ http://www.seronet.info/ http://www.seropos.net/ http://www.sero-love.com/ http://www.sidaventure.net/ http://www.i-services.com/annonces/ http://www.communique-de-presse-gratuit.com/?p=57446 http://www.communique-de-presse-gratuit.com/?p=67974
  • Message déposé le 17/06/2011 - 20:06 par olyma  1 votes   
    si vous pouvez insister d'avantage sur la sensibilisation
  • Message déposé le 29/05/2011 - 19:05 par fama  0 votes   
    j aimerai avoir plus d information
  • Message déposé le 07/09/2008 - 14:09 par teresa  -2 votes   
    vous oubliez de citer également la proximité de la mauritanie ou le fléau du vih est trés répandu ainsi que de la gambie ou le gouvernement fait la pub a la télé de la découverte d'un médicament traditionnel a été découvert par le dirigeant de ce pays et augmente ainsi la propagation de la maladie.....faisant croire au peuple qu'il pourras être guéri ..........en sachant que la population sénégalaise est une main d'oeuvre qui se déplace facilement dans ces pays pour travailler..........et possède souvent plusieurs femme dans chaque pays ......favorisant la propagation du sida chez les enfants