Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

Esclavage: la thèse qui choque Dakar

(extrait d'un article du quotidien Le Monde)

Fresque sur l'esclavagePOLÉMIQUE : Un article du «Monde» déclenche une affaire d'Etat: la très touristique Maison des esclaves serait l'objet d'un «révisionnisme». Le 17 mars dernier, Hillary Clinton, de passage au Sénégal, visitait la fameuse Maison des esclaves de l'île de Gorée, à trois kilomètres au large de Dakar. Comme avant elle James Brown ou Jean-Paul II, la First Lady a peut-être essuyé une larme polie à l'évocation du passé des lieux: cellules des femmes, cellules des enfants, cachot pour les rebelles, porte pour le «voyage sans retour» donnant sur l'océan, escalier à double révolution conduisant à l'étage aux appartements des négriers, etc.

Et si Hillary Clinton s'était fait avoir? Si la bâtisse ocre rouge n'avait été, au temps de l'esclavage, qu'un entrepôt - doté d'une «captiverie» au rez-de-chaussée - mais un entrepôt quand même, comme l'ont été bien d'autres bâtiments de l'île? C'est la thèse avancée par deux Dakarois, un conservateur de musée et un père jésuite blanc, travaillant pour le compte de l'IFAN (Institut fondamental d'Afrique noire). Une thèse qui, reprise dans un article du journal «Le Monde» daté du 27 décembre 1996, a secoué l'opinion publique dakaroise. Réagissant très vite, la presse locale s'est fait l'écho de l'onde de choc provoquée au sein de la population et du milieu scientifique. Afin de clarifier les esprits et, surtout, de faire le point sur les connaissances historiques sur la Maison des esclaves, un colloque devrait se tenir à Gorée les 7 et 8 avril prochain. Photo : fresque dqns la maison des esclaves.
Serré en bas d'une page consacrée au patrimoine culturel africain, l'article s'intitule «Le mythe de la Maison des esclaves qui résiste à la réalité».

CHOC A DAKAR : La Maison des esclaves, on y emmène systématiquement le cousin valaisan ou congolais de passage au Sénégal. Le week-end, on y refait volontiers un tour, comme un pèlerinage, à l'ombre, entre deux baignades à la plage du débarcadère. Dans l'article en question, c'est la véracité des faits historiques qui est revue et corrigée. Selon la tradition orale perpétuée par le guide et unique locataire attitré de la Maison, Joseph N'diaye, l'«esclaverie» aurait été construite par les Hollandais au XVIIe siècle (il s'appuie sur des documents topographiques). Elle aurait été le point central d'où seraient partis des centaines de milliers d'esclaves embarqués vers le Nouveau Monde. Selon les deux chercheurs de l'IFAN, Abdoulaye Camara et le Père de Benoist, la maison aurait plutôt été bâtie par les Français en 1783, alors que la traite allait être abolie. La «vraie» aurait été détruite durant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis 1969 et le livre de l'Américain Philip Curtin («The Atlantic Slave Trade Census»), le nombre de Noirs déportés subit de régulières variations. Tandis que tout un courant d'historiens chiffre à 12 millions le nombre d'esclaves déportés depuis Gorée, «Le Monde» avance le chiffre de 500 déportations par an. «La question de l'esclavage est un vieux débat, explique l'historien et ministre Abdoulaye Bathily. Mais l'histoire de Gorée n'avait jamais été remise en question. Il existe une masse de documents écrits aussi bien français, hollandais qu'anglais. Ils sont accablants.»

C'est le fait de nier le rôle fondamental de Gorée (à l'extrême ouest du continent africain) dans la traite des Noirs qui a choqué. «"Le Monde" renie l'histoire de Gorée», titre le journal «Sud Quotidien». Très vite, le mot est lâché: «révisionnisme». «Le papier paru dans "Le Monde" (...) appartient sans doute au courant révisionniste», écrit l'historien M'baye Guèye dans le quotidien «Le Soleil». Puis, c'est le dérapage. Le vieux guide se laisse emporter par ses émotions: «A côté des négriers, les nazis étaient des enfants de choeur», lâche-t-il à «Sud Quotidien». L'histoire prend les proportions d'une affaire d'Etat.

Gorée, maison des esclavesTOURISME EN JEU : En touchant à la Maison des esclaves, classée comme toute l'île patrimoine mondial de l'humanité, on a touché le coeur des Sénégalais. Car «Jo» N'diaye, compagnon de Bigeard en Indochine, est sans doute le Sénégalais le plus connu dans le monde après Senghor. Ses concitoyens le chérissent pour son bagout, son phrasé de titi parisien, ses envolées dithyrambiques sur le passé du pays «martyr». Après la publication de l'article incriminé, le chercheur de l'IFAN, Abdoulaye Camara («Je ne suis pas révisionniste, se défend-il. Je n'ai pas fait la comptabilité des esclaves») a été convoqué au ministère du... Tourisme. Car avant de toucher au symbole, c'est au fonds de commerce du Sénégal qu'on a pu porter préjudice.

Alors que l'Unesco a lancé le projet d'une «Route de l'esclave», comme il existe une Route de la soie, certains pays africains cherchent à se positionner: Bénin, Angola, Mozambique, etc. Pour certains, l'affaire de Gorée tombait mal. Qu'ils se rassurent. Le mémorial des victimes de l'esclavage sera érigé d'ici l'an 2000. A Dakar et nulle part ailleurs. Photo à droite : touristes à la maison des esclaves.
FLORENCE DUARTE

Voir la page sur Gorée
Le site perso intéressant sur Gorée :  Le contenu vient de M. Boubacar Joseph Ndiaye, conservateur de la maison des esclaves (photo ci-dessous). La maison des esclaves est une étape indispensable durant votre visite de Gorée. L'entrée et la visite coûtent 500CFA (0,75€). Photo ci-contre, le ticket !
Le site de l'UNESCO qui permet une visite en image et en vidéo de la maison des esclaves

& Bibliographie

& Il fut un jour à Gorée: L'esclavage raconté à nos enfants par: Joseph N'Diaye
& Histoire de Gorée par: Abdoulaye Camara
& Mémoire de l'esclavage, Tome 4 : Ile de Gorée par: Serge Diantantu
& Rendez-vous sur l'île de Gorée par: Pie Tshibanda
& Comptoirs et villes coloniales du Sénégal (Saint-Louis, Gorée, Dakar) par: Sinou Alain
& Les Suites vénitiennes, Tome 4 : La nuit de Gorée par: Eric Warnauts
& Les perles noires de Gorée par: Daniel Grodos
& Les chaînes de Gorée par: Paul Ohl
& Les perles noires de Gorée: Nouvelles par: DANIEL GRODOS
"Les Blancs ne savent pas bien s'orienter d'après les points cardinaux", dit le jeune Malik à l'étranger venu se perdre dans l'île de Gorée. Ces dix nouvelles témoignent de leur trouble en terre africaine. Et pas seulement face aux points cardinaux. Loin des histoires de lions et de tout exoti
& Les perles noires de Gorée par: Daniel Grodos
" Les Blancs ne savent pas bien s'orienter d'après les points cardinaux ", dit le jeune Malik à l'étranger venu se perdre dans l'île de Gorée. Ces dix nouvelles témoignent de leur trouble en terre africaine. Et pas seulement face aux points cardinaux. Loin des histoires de lions et de tout exo

Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 14/10/2014 - 15:10 par lazlil49  0 votes   
    Tu me casses les BURNES
  • Message déposé le 27/08/2010 - 12:08 par GERARD  3 votes   
    qu'ils soient 1 million ou 500 esclaves ou bien un seul esclaves de passage à Gorée, disons que s'en est trop pour l'humanité, vendre son prochain comme du bétail est un crime contre l'humanité. Donnons à l'Ile toute l'importance qu'elle mérite.
  • Message déposé le 05/09/2009 - 12:09 par michou-mouse  -1 votes   
    il est evident que l'actuelle maison des esclaves a été concçue pour le tourisme avec des explications et légendes plus ou moins variées,je me suis laissé dire par un ancien qu'il n'y avait pas cette selection d'humains, ils etaient tous melangés, et les chefs vendaient un maximum pour avoir pluseurs épouses . ou est la vraie verité ?
  •