Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

LES PAYS FRONTALIERS

La Guinée  -  La Guiné-Bissau   -  La Gambie

La Guinée-Conakry

Ne vous faîtes pas d’illusions, les extensions en Guinée-Conakry à partir du Sénégal sont très difficiles à réaliser. Ne comptez pas prendre votre visa à la frontière. Vous devrez l’avoir en France ou au pire vous l’aurez en un jour ou deux au Consulat de Guinée à Dakar (40.000 C.F.A.) . Les transports en commun sont très rares et les routes plus que chaotiques. Si vous comptez y aller en voiture de location sachez qu’à notre connaissance aucune compagnie n’accepte le franchissement de cette frontière. De toute manière vous n’aurez aucun transport en commun pour Conakry et le mieux que vous puissiez faire est Labé. De plus la corruption est généralisée et la situation politique instable. Ainsi, si la Guinée offre des paysages parmi les plus beaux d’Afrique et des hommes ayant gardé leurs traditions ancestrales, vous aurez pour le moment assez de mal à la visiter et vous prendriez des risques à vous hasarder dans des zones rurales. Les épidémies et endémies en tous genres sont également très nombreuses.

Pour les transports en commun de Dakar jusqu'à Conakry

fleche-d1.gif (437 octets) 1ère solution : 
Se rendre à Ziguinchor = entre 2000 et 5500CFA (entre 3 et 8€) en fonction du mode de transport . De Ziguinchor, prendre un taxi brousse pour Bissau (en prenant garde d'avoir un visa - pour plus de renseignements consultez www.guinee-bissau.net ). Un Ziguinchor-Bissau coûte aux alentours de 1500CFA (2€). Puis, pour finir, tentez de trouver un transport de Bissau à Conakry. Les prix ici sont variables car tout dépend de l'état des routes, des ponts, du niveau de corruption, etc... Comptez au minimum 5000CFA (7,5€) et au maximum 12.000CFA. Attention ! Les routes sont complètement inutilisables de juin à octobre en raison des pluies diluviennes qui s'abattent dans cette zone tropicale pluviale !

fleche-d1.gif (437 octets) 2ème solution : 
Se rendre à Kédougou = entre 9000CFA en car et 12000CFA en taxi-brousse (entre 14 et 18€). Arrivé à Kédougou, vous êtes déjà à la frontière guinéenne. Deux solutions s'offrent alors à vous : soit les camions de marchandises qui partent régulièrement et qui peuvent s'avérer être de bonnes occasions, soit les taxis-brousse qui partent assez rarement mais qui sont relativement confortables. Les liaisons sont jusqu'à Labé (attention, certains s'arrêtent à Youkounkoun). De Labé, grande capitale régionale de la Guinée montagnarde, vous aurez de nombreux transports pour Conakry et le reste de la Guinée. 

MONNAIE : 1 € (euro)   = 1400 FRANCS GUINÉENS

La Guinée-Bissau

Voir le site spécial GUINEE-BISSAU !
http://www.guinee-bissau.net

Le sujet de ce guide est le Sénégal, je ne m'attarderais donc pas sur la Guinée-Bissau. Mais c’est un grand regret car elle a fait l’unanimité dans mon coeur. S’y rendre est simple et peu coûteux. Je vous conseille avant tout de ne prendre votre visa qu’au consulat bissau-guinéen de Ziguinchor. Il ne vous coûtera que 5000 francs et vous l’aurez en 5 minutes. Deux cas peuvent se présenter :

1) Vous désirez partir un jour de semaine durant la journée. Il vous suffira alors de prendre votre visa au Consulat bissau-guinéen de Ziguinchor. Amenez simplement deux photos d’identité et 5000 C.F.A.
2)  Vvous désirez partir le dimanche et vous n’avez pas de visa ou vous arrivez tard à Ziguinchor et désirez partir à l’aube pour la Guinée. La solution consiste donc à vous rendre à la résidence du Consul qui vous fera lui-même le visa (mêmes formalités qu’au Consulat). La bienséance veut évidemment que vous ne débarquiez pas à 11 heures du soir ou 7 heures du matin. Mais sachez que de 8h à 22h vous pourrez avoir des visas même les jours fériés. N’oubliez cependant pas que malgré la modestie de sa maison l’homme que vous allez rencontrer (Monsieur COUGNA) est Consul de Guinée-Bissau. Pour vous rendre dans sa Résidence (dans le Quartier de Boukot) refusez catégoriquement toute aide venant d’un quelconque coxer de la gare routière. Prenez un taxi qui vous emmènera. Il connaîtra la route si vous lui dite Consul de Guinée à Boukot .

Une fois en possession du visa vous pourrez prendre le transport en commun de votre choix qui vous emmènera jusqu’à Bissau. Surtout ne changez plus de pesos à la gare routière car cette monnaie n’a plus cours depuis mai 1997. Mais des petits escrocs essaient d’écouler leurs billets sans valeur (avant leur disparition en mai 1997, 10 000 pesos valaient moins 1FF au marché noir ! Le francs C.F.A. a désormais cours en Guinée-Bissau.
Sachez enfin que vous devrez avoir de la petite monnaie pour payer les deux passages en bac non compris dans le prix du voyage. Les deux rivières traversées sont le Rio Cacheu et le Rio Mansõa. La construction d'un pont depuis novembre 2001 fait qu'un seul bac fonctionne actuellement et qu'il faut faire un sacré détour pour rejoindre Bissau. Les bacs donnés par la Coopération européenne, encore en bon état il y a 4 ans sont désormais dans un état pitoyable. Vous aurez à subir plusieurs contrôles : le premier à la frontière où on vérifiera peut-être vos bagages rapidement, le deuxième à Sao Domingo où on apposera le cachet d’entrée en Guinée, un troisième très rapide à mi-chemin et enfin le dernier à l’entrée de Bissau juste avant l’aéroport. Soyez donc en règle avec votre visa car la langue officielle est le portugais et en cas de problème il sera difficile de vous expliquer !
Arrivé à la gare routière de Bissau vous devrez prendre un taxi (ils sont bleu et blanc en Guinée Bissau et malgré leur absence de compteur ils sont dans un état bien meilleur que leur homologues sénégalais ) qui vous emmènera dans le centre. Vous pourrez par exemple dormir à la Pensao Central ou au Tourismo. Tout deux impeccable ventilés ou climatisés. Le nombre d’hôtels à Bissau est très restreint (moins de 15 hôtels sur l’ensemble du pays dont 4 de très haut standing (>à 50.000 C.F.A. la nuit).
Deux endroits à visiter absolument en Guinée Bissau : sa capitale, Bissau, ville fantôme magnifique resplendissante et d’une propreté exemplaire dans son centre et véritable village africain avec ses cases en périphérie (caracole, Bandim, Santa Maria etc) et bien-sûr le plus bel archipel d’Afrique, l’Archipelago dos Bijagos. Des îles sauvages, recouvertes d’une forêt dense avec des plages dignes de la polynésie et un peuple qui a su garder sa fierté et ses traditions. Certaines îles sont enfin classées Parc National et vous pourrez peut-être y admirer les seul hippopotames marins du monde. Les Bijagos sont en outre le paradis des pêcheurs..
Pour finir, et cela s’adresse aux personnes ayant un certain sens de l’aventure et accessoirement parlant portugais en cas d’accident, vous pourrez descendre jusqu’à Jemberem à quelques kilomètres de la frontière entre la Guinée-Bissau et la Guinée. C’est sans contexte le plus bel endroit du pays. C’est aussi le plus sauvage. Visitez absolument www.guinee-bissau.net avant de partir ! 

La Gambie

Si vous ne vous y arrêtez pas, vous y passerez sûrement pour aller en Casamance. Sachez d’abord que pour les Français le visa est obligatoire même si vous transitez seulement le pays sur 30 km. Ce visa peut s’obtenir aux postes frontaliers. Il coûte 300 dalassi (16.000 à 18.0000C.F.A). Cependant il vous coûtera moins cher à l’ambassade de Gambie en France. Si vous désirez visitez la Gambie prenez donc votre visa à l’ambassade gambienne à Paris. Mais si vous désirez seulement transiter pour vous rendre en Casamance via la route Transgambienne, ne prenez pas ce visa et expliquez aux douaniers que vous travaillez à Dakar dans la coopération et vous devriez passer sans payer. Au pire de toute façon vous aurez à payer le visa à 160 FF. Certains douaniers véreux (ça devient la mode dans ce pays qui sombre petit à petit dans les travers de la république bananière) vous demanderont 1500CFA de frais de transit.

fleche-d1.gif (437 octets) Voir aussi la page spéciale sur les formalités pour traverser la Gambie par la Transgambienne

gambie bac.jpg (102941 octets)
Franchissement du fleuve Gambie sur la route Transgambienne à Farafenni.
(Photo de Patrick Clément)

La monnaie gambienne est le dalassi (1 dalassi= 55 CFA).

Hormis les quelques formalités administratives d’entrée au pays vous ne serez pas embêté durant votre séjour en Gambie.

Vous pourrez ainsi profiter de ce fort joli petit coin anglophone enclavé dans le Sénégal. De nombreuses choses sont à voir et à découvrir et malgré la petite taille de cette nation, elle est culturellement riche. Il serait d’ailleurs facile de se croire dans une île des Caraïbes. Banjul la coloniale est très propre et les anciens bâtiments de l’administration britannique donnent un certain kitch à cette ville qui est certes la capitale mais seulement la troisième ville du pays après Serrekunda et Brikama. Il faut dire que Banjul étant construite sur une île, elle n’a pas pu s’étendre à sa convenance.

FLEUVE GAMBIE.jpg (19207 octets)Vous verrez tout de suite la pauvreté du pays qui depuis sa récente indépendance n’arrive pas à garder de stabilité politique. En effet, les coups d’états se succèdent (le dernier date de 1994 mais une tentative de coup d’état à eu lieu en 1996 dans la caserne de Farafenni). Aujourd’hui, le chef d’état incontesté est Yaya Jammeh, le plus jeune président africain (31 ans) . Il était lieutenant dans l’armée gambienne avant de faire un coup d’état en douceur puisqu’il n’y a pas eu un seul mort. L’ancien président Jawara est en exil au Sénégal. L’ensemble des Gambiens semblait apprécier Yaya Jammeh, un président jeune et qui voulait lutter avec conviction contre la corruption des instances du pays. Néanmoins, le lieutenant-président se plait dans son fauteuil devenu trône et il y a fort à parier qu'il va subir d'ici peu un petit coup d'état comme seul l'Afrique en a le secret.

La Gambie offre les premières forêts aux visiteurs venant du Nord. Mais le pays est petit et à part Banjul vous verrez peu de choses que vous ne verriez pas aussi au Sénégal.

CARTE DE LA GAMBIE.gif (45255 octets)

Deux endroits que je vous conseille:

1- La mare aux crocodiles sacrés de Katchikali à Bakau (entrée 10D)
The Katchikali Holy Crocodile Pool. C'est 100% touristique mais c'est marrant. D'immense crocos déambulent ici en libert et les guide s'amusent à poser un pied dessus pour la photographie. Bakau est un outre un quartier calme et sympathique où vous pourrez boire un coup dans un café tout en regardant l'arrivée de pêcheurs sur la plage.

2- Le village de Darsillameh à la frontière casamançaise.
En pleine forêt dense, Darsillameh est un joyau tranquille et inconnu. Les habitants sont principalement des Diolas Karone, comme dans le nord de la Casamance. Les animaux sont très nombreux du fait de la proximité d'une immense plantation détenue par un Suédois qui en a fait une espèce de réserve naturelle. Non loin les rizières et les bois sacrés offrent des paysages magnifiques. Un campement a ouvert en 1995 et c'est une initiative d'un natif du village :
Campement Jahsu River Camp (100 Dalassi la nuit)

Quelques tarifs de transport: Banjul-Brikama:  5 Dalassi/     Brikama-Darsillameh: 3 Dalassi    /Brikama-Serrekunda: 3 dalassi

Quelques adresses "tourisme" :

The Gambia National Tourist Office
Ministry of Tourism and Culture
The Quadrangle
Banjul, The Gambia
Tel: 220-229563, 227593, 228496, 227881
Fax: 220-227753, 227034

Hôtel Mandela à Barra : Barra est le petit village sur l'embouchure de la rivière Gambie, juste en face de Banjul. Si vous arrivez trop tard à la frontière pour prendre le dernier ferry qui vous fera traverser, c'est le seul établissement où vous pourrez dormir. Même si l'accueil n'est pas extra, c'est propre et pas cher (5000CFA / 7,5€).

Campement de Tendaba : A quelques encablûres du village de Tendaba, en Basse -Gambie

Jem Hotel : A Basse Santa Su. A l'extrême est du pays, non loin des villes sénégalaises de Vélingara et Tambacounda, tout proche du Parc National du Niokolo Koba, Basse Santa Su est une petite ville sympathique, très verte durant l'hivernage. Le faune y est très riche, notamment le long de la rivière Gambie. Tel: 220-668356




Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 11/04/2012 - 16:04 par Kanny  1 votes   
    Bonjour à l'équipe de ce site, vous dénigrez notre pays, mais connaissez vous réellement la guinée? parce que je crois qu'il y a plus de 500 guinéens qui arrivent par voie terrestre au Sénégal.Le Sénégal se fait beaucoup d'argent par le biais des commerçantes guinéennes qui arrivent tous les jours pour y acheter de la marchandise et repartent; d'autres le font en aller et retour.Alors je vous prie de bien vouloir rectifier ce passage qui ternit l'image de la Guinée.La guinée est un pays qui se suffit a elle et ce qu'elle a comme richesse, le sénégal ne l'aura jamais.
  • Message déposé le 16/03/2010 - 00:03 par Abdoul Majid  0 votes   
    Bonjour à l'équipe du site Le senegalaisement. En effet j’ai lu un passage sur la Guinée que je ne comprends pas. En voici, je cite «Ne vous faîtes pas d’illusions, les extensions en Guinée-Conakry à partir du Sénégal sont très difficiles à réaliser. Ne comptez pas prendre votre visa à la frontière. Vous devrez l’avoir en France ou au pire vous l’aurez en un jour ou deux au Consulat de Guinée à Dakar (40.000 C.F.A.) Les transports en commun sont très rares et les routes plus que chaotiques. Si vous comptez y aller en voiture de location sachez qu’à notre connaissance aucune compagnie n’accepte le franchissement de cette frontière. De toute manière vous n’aurez aucun transport en commun pour Conakry et le mieux que vous puissiez faire est Labé. De plus la corruption est généralisée et la situation politique instable. Ainsi, si la Guinée offre des paysages parmi les plus beaux d’Afrique et des hommes ayant gardé leurs traditions ancestrales, vous aurez pour le moment assez de mal à la visiter et vous prendriez des risques à vous hasarder» Ce passage est vraiment irritant et provocateur de la part des auteurs. Ecoutez Messieurs la Guinée n’est pas à vous, ni à vos alleux contentez vous de votre Sénégal. Vous n’avez aucune promotion à faire pour la Guinée car elle en a beaucoup pour le lui faire. Vous vous faite vraiment des illusions sur son beau pays qu’Allah vous a échapper les mêmes avantages. Vous êtes au contraire jaloux de peur de voir la Guinée convoitée par tout le monde. Donc pour vous, il faut passer par le chantage pour masquer le visage de cette nation ; ce n’est pas possible rectifiez vos erreurs. Abdoul Majid KABA E-mail: majidkaba@yahoo.fr
  • Message déposé le 05/09/2009 - 21:09 par elyse  1 votes   
    bonjour , veuillez m aider ///je chercher l adresse ou numero de telephone de l ambassade ou consulat de guinnee conakry au senegal j en ai besoin tres urgent parceque il faut que je voyage ce lundi ou mardi j attends votre message avec impatience


  •