Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

Les 5 endroits les plus isolés du Sénégal

Accueil > Tourisme > Palmarès des "5 plus" > Les 5 endroits les plus isolés du Sénégal

Le Sénégal avec ses 200 000km² (1/3 de la France environ) n'est pas un immense pays. Mais il demeure très rural avec en outre des zones parfois très inhospitalières pour l'homme du fait d'une sécheresse chronique ou de reliefs difficiles. Des zones entières du pays ne bénéficient que de voies de communication en très mauvais état (pistes ou chemins de sable). Pour toutes ces raisons, certains villages sont isolés du monde alors que leurs habitants doivent quant à eux parcourir plusieurs dizaines de kilomètres à travers le désert, la mangrove, la montagne ou la nature sauvage pour rejoindre le moindre dispensaire ou le moindre service de l'Etat. Nous avons placé dans ce palmarès les 5 localités sénégalaises les plus éloignées du reste du pays !

Tatki >>> 50km

Village isolé au coeur de la région aride du Ferlo au Sénégal Tatki fait partie de ces villages au milieu des vastes étendues arides du nord du Sénégal. Il fait partie du département de Podor et de la région de Saint-Louis. Ses quelques dizaines d'habitants vivent principalement d'élevage ou d'une agriculture de subsistance et les quelques rares fonctionnaires (enseignants) n'arrivent pas à faire oublier l'isolement de ce hameau qui manque de tout : pas d'eau courante ni même évidemment d'électricité. Le chef-lieu du département, Podor, est à près de 90km et la ville la plus proche, Richard-Toll est à une cinquantaine de kilomètres de pistes poussièreuses. Aucune voie de communication principale ne passe par Tatki qui ne bénéfice donc d'aucun transport en commun.

Photo à droite : Village isolé au coeur de la région aride du Ferlo au Sénégal

Téssékré >>> 60km

le centre du Ferlo est la zone la plus aride du Sénégal Téssékré peut avec Tatki arriver ex aequo des localités les plus isolées du pays. Elle aussi est située dans le grand nord aride du Sénégal au milieu de nulle part. Ici, l'agriculture n'est pas possible en dehors de quelques lopins de subsistance pendant la très courte saison humide qui une année sur deux se résume à une dizaine de jours de pluie. Ici aussi, les services publics sont absents : pas d'eau courante ni d'électricité dans les foyers qui doivent se contenter de l'eau d'un forage municipal. La ville la plus proche est Linguère située à une soixantaine de kilomètres de pistes ensablées. Les autres villes sont à plus de 100km. Comme Tatki, Téssékré est loin des voies de communication et aucun transport en commun ne permet aux villageois d'atteindre Linguère d'urgence en cas de maladie.

Photo à droite : le centre du Ferlo est la zone la plus aride du Sénégal


Kékréti et Gasikitt

Vue du village de Kékréti avec ses concessions entourées de haies d'épineux les protégeant des animaux sauvages. Il est des endroits reculés au Sénégal où les villageois doivent composer avec les bêtes sauvages. C'est particulièrement le cas des villages isolés en bordure du parc du Niokolo Koba où rencontrer une hyène de bon matin (ou de bon soir) à vélo est quelque chose de tout à fait courant. Entre 150 et 200 lions crapahutent dans le parc et hyènes, lycaons, panthères, ou chacals peuvent également croiser notre route. Enfin, les villages en bordure de cours d'eau (y compris même à Kédougou, chef-lieu du département) doivent prendre garde aux hippopotames et aux crocodiles. De nombreux petits hameaux sont répartis à l'intérieur ou en lisière du parc. Pour établir ce palmarès des localités les plus isolées du Sénégal nous n'avons pris en compte que les villages. Et nous avons placé ex aequo Kékréti et Gasikitt, deux villages bassari voisins au nord de Salemata et situés exactement sur la lisière du parc du Niokolo Koba. En plus d'être isolés, Kékréti et Gasikitt, contrairement aux deux localités précédentes, ne sont accessibles qu'avec un véritable véhicule 4x4, quelques mois par an seulement et en dehors de la saison des pluies. La particularité de ces deux villages, en plus d'être à des kilomètres de la moindre source d'électricité, est de devoir se protéger des fauves en permanence. Contrairement aux autres villages bassari, situés plus au sud, chaque concession familiale doit ici être entourée d'une clotûre d'épineux empêchant les visites nocturnes gênantes.

Photo à droite : Vue Google Maps du village de Kékréti avec ses concessions entourées de haies d'épineux les protégeant des animaux sauvages.

Niamaré

Vue du village de Niamaré dans le delta du SaloumLes villages situés au coeur de la mangrove dans le delta du Saloum ou en Casamance sont à proprement parler moins éloignés de grandes villes que les autres localités précédemment évoquées. Du moins à vol d'oiseau ! Dans la pratique, l'isolement de ces villages et hameaux réside dans les dizaines de kilomètres à parcourir en pirogue à travers la mangrove et les bras de mer avant d'atteindre le continent. C'est le cas de Niamaré. Ce petit village sérère situé sur une île du Saloum a la particularité d'être l'un des plus centraux du parc national du Sine Saloum et celui qui est le plus éloigné d'une voie carrossable. Les trois routes qui permettent un accès à Niamaré au départ de Joal, Fatick et Kaolack mènent respectivement à Djiffer, Ndangane et Toubacouta. Et ces localités sont respectivement situées à vol d'oiseau à 16km à l'ouest, 24km au nord et 20km à l'est. Mais les habitants de Niamaré ne voyagent pas sur le dos des pélicans. A travers la mangrove, dans des pirogues parfois poussives, il leur faudra parcourir 23km pour se rendre à Djiffer, 45km pour aller à Ndangane et serpenter 34km à travers les bolongs pour enfin arriver à Toubacouta. La lenteur de ce trajet conjuguée avec la situation particulièrement excentrée de Niamaré fait figurer ce village dans ce palmarès des localités les plus isolées du Sénégal !

Photo à droite : Vue Google Maps du village de Niamaré dans le delta du Saloum


Melbourne

Bâtiment abritant une galerie d'art... et le consulat général du Sénégal à Melbourne Le Sénégal est le pays africain qui compte le plus de représentations diplomatiques à travers le monde. Ces petites parcelles de Téranga éparpillées sur la planète sont les endroits les plus éloignés de Dakar. Comme c'est logique, la plupart des consulats, quand il n'en existe qu'un dans le pays, sont situés dans la capitale. En Australie le consulat n'est cependant ni à Canberra, la capitale, ni à Sydney, la plus grande ville. Il est à Melbourne car sans doute la personne propulsée consul avait ses affaires dans cette ville australienne ! A près de 17 000km de Dakar, cela en fait le morceau du Sénégal le plus éloigné des frontières nationales. Dans la famille des petits morceaux de Sénégal éparpillés aux confins de la planète dans des ambassades ou consulats, nous aurions pu également citer par exemple le consulat du Sénégal en Uruguay (à 7000km de Dakar) ou l'ambassade du Sénégal en Malaisie (13 000km de Dakar).

Photo à droite : Bâtiment abritant une galerie d'art... et le consulat général du Sénégal à Melbourne

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.