Loading
Page contact    Imprimer         Partager sur :  facebook    twitter    google+ 

Bassari en habit de fêteCa y est ! Après des dizaines de kilomètres de piste chaotique qui en semblaient des centaines, vous arrivez rouge de poussière latéritique à Salémata, fief des Bassaris. Si vous avez le courage et le temps de vous rendre à Salémata ou dans les villages qui l’entourent, vous ne le regretterez pas. Le paysage est grandiose. C’est le plus grand village bassari du pays. Son statut de sous-préfecture lui permet, malgré son éloignement, d’avoir une compagnie de gendarmerie, des fonctionnaires et le téléphone. La mission catholique de Salémata, installée depuis le milieu des années 70 et dirigée aujourd’hui par le père Jean, un jeune missionnaire, aide à développer rapidement ce village dynamique. Si vous y restez assez longtemps et avez des contacts avec des jeunes déjà initiés, vous pourrez connaître des secrets et des lieux mythiques que très peu d’étrangers ont eu l’occasion de découvrir. Au coucher du soleil, l’impression d’encaissement du village s’accentue. En effet, Salémata est blottie au creux de plusieurs collines qui empêchent toute vue sur l’extérieur. Juste avant la saison des pluies, les chasseurs de miel, qui allument des petits feux la nuit sur les collines afin d’éloigner les abeilles des tonneaux servant de ruche, aident les parents à effrayer les enfants turbulents. Il y a un campement (qui appartient à l’Asta Kébé de Tambacounda) qui est cher (même camper sur ses terres est payant) et finalement peu confortable compte-tenu du prix. Comme tous les villages de la région, vous constaterez que les deux communautés ethniques ne vivent pas ensemble. Au pied des montagnes vivent les Peulhs et sur les contreforts des collines habitent les Bassaris et les Bediks. Les seuls contacts sont la plupart du temps commerciaux. Ainsi, nous ne saurions que trop vous conseiller de visiter le pays bassari avec un Bassari et non un Peulh ou un Mandingue ne parlant pas toutes les langues. La culture bassari a été trop dévalorisée ces dernières années pour en rajouter une couche. Les jeunes du «PeaceCorps» américain qui viennent apprendre l’agriculture à des Bassaris en langue peulh dans un pays francophone sont le type même d'une calamité culturelle.

des Bassaris durant la fête du caméléon
Photos : en haut à droite et ci-dessus, des Bassaris durant la fête du caméléon, ci-dessous à droite, la couleur jaunes des perles caractèrise les habits de cérémonie des Bassaris.

Jeune fille bassari en tenue traditionelle de fêtePatricia nous parle de Salemata :
« A faire : nombreuses balades et randos dans les villages bassaris. Ferdinand, le fils du campement Asta Kébé, peut vous guider : traditions intactes (la case d’initiation, les masques et les tambours de cérémonies, plusieurs fétiches (=sorciers)). Tout ceci n’a rien de touristique, vous retrouverez ce que vous avez vu au musée IFAN de Dakar, avec un guide wolof qui vous parle de tout ça au passé ! Si vous venez en mai, vous pourrez assister aux fêtes d’initiation (=circoncision), c’est extraordinaire ; en janvier, avec de la chance, vous tomberez sur le week-end des danses de fin de moisson (renseignez-vous à Kédougou auprès des Bassaris).
Le marché du mardi à Salemata est petit mais très intéressant ; il ne démarre vraiment que vers 15h et jusque vers 20h. Vous verrez alors des paysans qui viennent à pied de Guinée en costume traditionnel, c’est super et unique au Sénégal.
Pour y aller : Kédougou-Salemata : il y a le bus du marché le lundi (retour à Kédougou le mardi vers 15h), souvent doublé par un camion-benne car il y a trop de monde. 1200CFA l’aller. 4h ou plus très inconfortables sur une piste très mauvaise en saison sèche et carrément impraticable en saison des pluies. Vous pouvez aussi essayer de vous renseigner sur les véhicules (gendarmerie, mission catholique, Sonatel,…) susceptibles de vous prendre, en général gratuitement ; c’est mieux mais rien n’est garanti. Nous l’avons fait à l’aller, ça s’est très bien passé (3h et confortable avec les sœurs infirmières). Au retour, nous avons attendu presque toute la journée pour finalement prendre le camion benne à 19 h (4h vraiment inconfortables). Merci à Lama qui nous a aidé à trouver des places, ainsi qu’aux gendarmes qui ont essayé de nous trouver un véhicule (leur chef, après nous avoir assuré que nous partirions ‘‘de toute façon’’, s’est désintéressé de la question).»

Voir des dizaines de photos de Salémata

Notre sélection d'hébergements à Salémata : 6::: SELECT * FROM basepro WHERE active=0 AND activite=0 AND localite='Salémata' ORDER BY poids DESC LIMIT 0,3

Campement Asta Kébé
(+221 339 85 94 00


Deprecated: Function split() is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/tourism/pro.php on line 129
4 vote(s) de clients
TARIFS : Chambre single à 3500CFA (5.34€)*, chambre double à 3500CFA (5.34€)*,
Aucun internaute n'a encore laissé de commentaire sur cet établissement !

Campement d'Oubadgi



Deprecated: Function split() is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/tourism/pro.php on line 129
1 vote(s) de clients
TARIFS : Chambre single à 5000CFA (7.62€)*, chambre double à 5000CFA (7.62€)*,
Aucun internaute n'a encore laissé de commentaire sur cet établissement !

Campement d'Ethiolo



Deprecated: Function split() is deprecated in /home/filaospr/www/intfolder/tourism/pro.php on line 129
12 vote(s) de clients
TARIFS : Chambre single à 5000CFA (7.62€)*, chambre double à 5000CFA (7.62€)*,
EVE France a laissé le commentaire suivant le 03/01/12 :
Que du bonheur! La route est longue et difficile certes mais l'on oublie tout cela dès que l'on arrive...aller chez Balingo cela se mérite! L'accueil des Bassaris fut formidable, ...[LIRE LA SUITE]
AURORE France a laissé le commentaire suivant le 02/04/10 :
Merci à Balingo, conteur exceptionnel, le dynamisme personnifié, qui sait communiquer sa passion pour son peuple et raconte si bien son périple en France. Un grand merci aux femmes...[LIRE LA SUITE]

Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 02/07/2011 - 11:07 par vito  1 votes   
    merci encor de plus zone que je conait salemata et que je rend visite a mes frere et soeur yacine maty lo amadou diouee moudji sall algasim et tigana mamadou peseur et papa alpha oumar sall imam autre zone fertile malgre lassistance pour les projet futur bonne idees
  • Message déposé le 29/07/2006 - 02:07 par Kempf Bruno  1 votes   
    Bonjour, article trés interressant j'ai trés bien connu Salemata pour avoir paticiper à la construction du chateau d'eau,avoir rencontré les religieux et bien entendu lesautorités je constate que les routes sont toujours aussi bonne mais je préconiserai de prendre plutôt par le parc du Niokolo Koba (en saison séche car il faut traversée la Gambie) merci
  • Message déposé le 22/11/2005 - 01:11 par ibrahima sory  1 votes   
    ibrahima,je suis trés content en tant que natif du village de lire ces cmentaires mais je vdrais que vs elargissais vos idées sur le plan économique surtout sur la culture.merci . 
  • Message déposé le 09/07/2004 - 02:07 par alfred  1 votes   
    je suis tres content de lire ce site seulement ayant fait salemata, il serait souhaitable de parler des autres etnies notamment les peulh, les malinkés.ce sonttoutes ces informations qui ferontqu'un habitant du nord qui entre dans le site saura automatiquement ttes les informations locales et cela contribuera a la cohesion nationale merci et je vous prie de m'excuser du dérangement
  • Message déposé le 09/07/2004 - 02:07 par alfred  1 votes   
    je suis tres content de lire ce site seulement ayant fait salemata, il serait souhaitable de parler des autres etnies notamment les peulh, les malinkés.ce sont toutes ces informations qui feront qu'un habitant du nord qui entre dans le site saura automatiquement ttes les informations locales et cela contribuera a la cohesion nationale merci et je vous prie de m'excuser du dérangement